L’académie Transitions à Orlando en Floride a rassemblé début juin plus de 850 experts de l’industrie de l’optique venant de 45 pays. Sous le thème « Eye Care Love Forever » (pour l’amour éternel de la protection visuelle), l’évènement a duré 3 jours pendant lesquels les participants ont pu découvrir les plus récents projets stratégiques de Transitions, prendre part à des ateliers de perfectionnement professionnel et d’information sur la technologie des produits, assister à des conférences sur le marketing et les tendances de l’industrie animées par des experts, et à échanger avec leurs collègues et leurs partenaires.

Trois gagnants en Europe, dont deux français

Laurent Dosseville, directeur commercial Transitions Europe, Moyen-Orient, Afrique, Turquie et Russie, a co-animé la cérémonie de remise des Prix de l’innovation Transitions 2021. Trois prix ont été remis à des opticiens européens qui ont développé des concepts novateurs fondés sur les produits Transitions :

  • Lensa, une entreprise roumaine qui a optimisé son business phygital jusqu’à obtenir une croissance à 3 chiffres.
  • « Dingue de lunettes », fondé par Dan Alcabes en 2011, restaure des lunettes vintage, mais aussi des secondes mains et des deadstocks. Il privilégie les verres Transitions pour augmenter la plus-value des équipements et informe les clients sur le light management, autrement dit l’intérêt de la photochromie dans les activités quotidiennes. Il a aujourd’hui 4 points de vente, deux à Paris, un à Bordeaux et un à Lyon.

dingue_de_lunettes_transitions.jpg

Laurent Dosseville et l'équipe de Dingue de lunettes

 

  • Rosset Opticiens, avec deux points de vente près de Aix-les-Bains gérés par Didier et Charlotte Rosset, propose un parcours client original basé sur l’utilisation du Lumiz, un appareil destiné à mesurer le niveau de sensibilité individuelle à la lumière qui avait obtenu un Silmo d’or en 2019. Cette personnalisation des verres Transitions va au-delà de la prescription puisqu’il favorise non seulement les ventes avec corrections, mais aussi sans, avec des montures solaires. Cela permet à l’opticien de se réapproprier les solaires et de le ramener vers les fondamentaux des différents spectres de lumière.

rosset_opticien_transitions.jpg

Laurent Dosseville, Didier et Charlotte Rosset