L’enquête menée par le cabinet Epsy* pour le compte de la Fédération nationale indépendante des mutuelles (Fnim) est sans appel : malgré l’Accord National Interprofessionnel (ANI) effectif depuis 2016, le nombre de Français couverts par une complémentaire est en baisse.

10% des personnes interrogées ont déclaré ne pas avoir souscrit à une complémentaire santé, alors que depuis 2013, cette tendance oscillait entre 6% et 8%. Pour la Fnim, ce résultat « nous éloigne des niveaux généralement admis, notamment par les pouvoirs publics », qui sont de l’ordre de 4% à 6% d’après la Fédération.

« L’expression des difficultés économiques et de la défiance envers la protection sociale collective »

La diminution du recours aux complémentaires touche particulièrement 2 populations : les jeunes et les ménages les plus modestes.

Du côté des étudiants, la proportion des assurés passe de 85% à 69%. La réforme entrée en vigueur dès septembre 2018 qui stipule que l’inscription à une mutuelle étudiante n’est plus obligatoire semble être une des conséquences de cette baisse.

« A partir du moment où on ne propose plus la mutuelle dans les files d’inscription des facultés, ça y est sûrement pour quelque chose », a commenté Philippe Mixe, président de la Fnim.

En 2018, 80% des ménages les plus modestes (moins de 20 000 euros par an) ont souscrit à une complémentaire (contre 84% en 2017). Pour la Fédération, cette tendance est « certainement l’expression à la fois des difficultés économiques rencontrées et de la défiance envers la protection sociale collective ». A la fin de l’année 2018, le fonds CMU avait publié un rapport sur les bénéficiaires de l’ACS au constat similaire. Il en ressortait que plus de 20% des bénéficiaires n’utilisaient pas leur chèque d’aide pour souscrire à une complémentaire.

Cette baisse du nombre de Français couverts par une complémentaire interpelle, notamment avec l’entrée en vigueur de la réforme 100% Santé dont seuls les assurés de complémentaires santé pourront bénéficier.

*Enquête réalisée sur un échantillon de 1 000 personnes, du 23 au 29 novembre 2018