Pour le conseil d’administration de Krys Group, « les avantages apportés par les réseaux de soins compensent jusqu'à présent leurs inconvénients. Notre rôle est de faire en sorte que la balance reste favorable à long terme ». Par cette déclaration, la coopérative recommande à ses adhérents de répondre favorablement à l’appel à candidatures Carte Blanche. « Nous considérons que la massification est au cœur de la stratégie KG et qu'il nous est nécessaire de l'adapter en fonction des évolutions du marché. C'est pourquoi nous avons besoin d'attendre le résultat des 3 prochains appels d’offres de cette fin d'année avant de vous faire une recommandation verriers vers la mi-décembre. D'ici là, nous nous rapprocherons de tous nos partenaires afin de trouver la solution "verriers" gagnante pour notre réseau », poursuit la direction du groupe.

D’autre part, « nous savons en effet que nos concurrents vont répondre largement (ndrl : à l’image d’Optical Center ou d’Optic 2000, selon nos informations recueillies lors du Silmo) et ne pas répondre c'est leur abandonner le terrain ». Et de poursuivre : « Nous savons en outre que la posture symbolique du "non", à supposer qu'elle fasse sens stratégiquement, ne serait pas suivie par un nombre suffisant d'entre nous et ne mènerait qu'à la division au sein de notre coopérative ».

« Non » à l’offre Premium

Toutefois, Krys Kroup incite ses adhérents à ne pas répondre favorablement à la partie réseau Premium « car la bonification qui y est associée ne compense pas à nos yeux, loin s'en faut, la perte de productivité ». « Nous avons fait par ailleurs savoir à nos partenaires verriers qu'il était inacceptable que les montures Prysme soient stockées par eux comme cela est envisagé par Carte Blanche, et ce à des fin de détourage et de montage. Ces montures doivent impérativement venir des magasins », souligne le conseil d’administration qui conseille aux adhérents « qui ne souhaitent pas suivre la recommandation du groupe de répondre malgré tout à l'appel d’offres, d'en expérimenter les modalités pratiques pendant un certain temps et de n'en sortir qu'en toute connaissance de cause dans un deuxième temps ».

« Nous attacherons une attention particulière au caractère strictement légal des appels d’offres et n'hésiterons pas à multiplier les recours en justice lorsque cette stricte légalité ne nous paraîtra pas assurée », conclut Krys Group.