La Cour d'appel de Paris a rendu son jugement sur la plainte de la Centrale des Opticiens (CDO) et de 2 opticiens indépendants, qui dénonçaient les modalités de l'offre « Carte Blanche-Prysme », lancée en 2015. Pour rappel, la CDO avait notamment évoqué des « pratiques anticoncurrentielles ou des pratiques restrictives de concurrence, estimant qu'elle portait gravement atteinte aux intérêts des opticiens ». 

Les parties ont été entendues le 19 décembre dernier. La Cour a confirmé la décision rendue en 1re instance, le 30 janvier 2017, par le Tribunal de commerce de Paris, « qui avait débouté la CDO de l'ensemble de ses prétentions au titre des pratiques restrictives ».

Pour Jean-François Tripodi, directeur général de Carte Blanche, « nous avions justement lancé cette offre zéro reste à charge en 2015 pour apporter une solution de qualité aux populations à faibles revenus (étudiants, retraités...) qui renonçaient aux soins optiques pour raisons financières. La récente réforme du 100% Santé démontre l’intérêt de notre offre Carte Blanche-Prysme et, plus que jamais, nous conforte dans notre engagement ».

Contacté par nos soins, Fabrice Masson, directeur de la CDO, s'exprimera prochainement suite à la décision de la Cour d'appel de Paris.