La vision connectée est au cœur des préoccupations. Qu’elle soit envisagée du point de vue des porteurs ou de l’interaction entre les « 3O », elle est un des enjeux auxquels notre filière doit apporter des réponses. Dans ce but, les 8èmes Journées d’études Vision et Prospective affichent un programme complet de conférences sur le thème « Vers un monde de la vision, connecté ». Voici un aperçu du programme.

Le mot de la présidente du Séminaire, le Dr. Sylvie Berthemy - ophtalmologiste à Grenoble

dr_berthemy.jpg« En tant que présidente de cette édition, j’aurai le plaisir d’intervenir tout au long du programme. Un peu comme un fil rouge, je mettrai en avant l’importance d’aborder l’aspect connecté de la vie de nos patients mais aussi la connexion qui doit se faire entre les différentes professions de la filière de santé visuelle. Nous avons toujours à apprendre les uns des autres. »

Verres progressifs d’intérieur et vision des seniors connectés, par Jean-Pierre Meillon - opticien

jeanpierremeillon3.png« J’ai décidé d’aborder cette année une histoire de cas, symbolique d’une bonne coopération entre les 3O. Il s’agit d’une personne de 66 ans déjà suivie pour des problèmes de rétine mais avec un œil gauche qui possède une bonne acuité. Ce porteur est expert-comptable et travaille jusqu’à 7 heures par jour devant deux écrans. Se plaignant de fatigue oculaire, de douleurs dans les épaules et le cou, son ophtalmologiste lui prescrit un équipement complémentaire avec des verres de proximité à grande profondeur de champ. Il est confié à son opticien qui l’équipe de progressifs d’intérieur qui prévoient une vision étendue à 2m20.

Mais la personne n’est pas satisfaite car derrière son bureau elle voit flou ses clients à 1m80 devant elle. Le porteur retourne alors chez son opticien qui, en refaisant les calculs, s’aperçoit que l’addition donnée par l’ophtalmologiste est de 3D. Or les verres vendus permettent une vision à 2m20 pour des additions inférieures ou égales à 2,50D. Après examen de vue, son opticien décide d’optimiser l’addition de confort pour la vision de près et de refaire de nouveaux verres avec une addition +2,50D. La vision étendue est alors obtenue et le patient ravi.

Cet exemple illustre selon moi la collaboration entre les différents professionnels de la filière de santé visuelle. Les opticiens doivent faire leur travail de réfraction, en collaboration avec l’ophtalmologiste et l’orthoptiste dans l’intérêt du patient. Ce cas encourage également les industriels à se préoccuper des seniors, avec des additions supérieures à 2,50D ».

Chirurgie robot-assistée de l’œil, par le Pr. Tristan Bourcier – ophtalmologiste à Strasbourg

tristanbourcie.png« La chirurgie robot-assistée connaît un essor continu depuis le début des années 90. Cependant, les disciplines microchirurgicales telles que l’ophtalmologie, n’ont pas encore intégré la robotique dans leur arsenal thérapeutique. Aussi, il n’existe pas en 2017 de robot microchirurgical suffisamment abouti au plan technique pour être commercialisé.

Il y a cependant de nombreux avantages potentiels à utiliser le robot en ophtalmologie : meilleure précision du geste chirurgical, meilleure manœuvrabilité, filtration du tremblement, meilleure ergonomie de travail, meilleur accès au site opératoire, travail endoscopique, automatisation des mouvements, télé chirurgie, télé apprentissage....

Le robot Da Vinci (Intuitive Surgical, Sunnyvale, CA) est le seul robot chirurgical actuellement commercialisé dans le monde. Son aventure en ophtalmologie a débutée au milieu des années 2000. Plus récemment, différentes procédures expérimentales ont été réalisées à l’aide des dernières générations de robots, dotées de nouveaux instruments microchirurgicaux et de nouvelles caméras avec systèmes autofocus : greffes de membranes amniotiques, greffes de cornées, chirurgies de la cataracte. Une étude clinique de faisabilité intitulée « chirurgie robotisée de la surface oculaire » a été mise en place en 2014 par les Hôpitaux Universitaires de Strasbourg.

Le Da Vinci n’est pas la seule voie de recherche et l’avenir de la robotique en ophtalmologie s’annonce prometteur. De nombreux prototypes de robots microchirurgicaux sont en cours de développement. La phase de « décollage » propre à l’arrivée et à l’essor de toute nouvelle technologie n’est probablement plus très loin. Ce qui est actuellement une utopie - une chirurgie oculaire effectuée par le robot sous surveillance du chirurgien - deviendra par la suite notre réalité ».

Les Journées d’études Vision et Prospective se dérouleront du 12 au 16 mars à Val d’Isère (73). Pour vous inscrire, remplissez le formulaire de contact.

Programme complet des conférences :

Dimanche 12 mars 2017

17h30 : Mot d’accueil du Dr Thierry Bury, président de V&P et de Serge Wajeman, secrétaire général

17h55 : Ouverture du séminaire par le Dr Sylvie Berthemy, présidente du séminaire

18h00 - Session 1 avec :

  • Chirurgie robot-assistée de l’œil par Pr Tristan Bourcier
  • Les solutions eLife de Nikon pour apporter soulagement et confort immédiat aux porteurs connectés par Christophe Chebac - BBGR
  • Œil et lumière bleue, mythes et réalités par Dr Barbara Ameline
  • Œil sec et chirurgie de restauration visuelle : à quel point faut-il être vigilant ? par Pr Marc Labetoulle
  • Nouvelles technologies et pathologies oculaires par Dr Thomas Gaujoux
  • Des nouvelles solutions pour affirmer le rôle de l’Opticien comme professionnel de la Santé visuelle” proposées par le lunetier Français ADCL par Olivier Petitfils - ADCL

Lundi 13 mars 2017

17h30 - Session 1 avec :

  • La vision de l’enfant et les écrans par Sophie Letailleur - KnCo
  • Évolution de la chirurgie de la rétine par micro-incisions par Pr Christophe Chiquet
  • Bases physiologiques de l’asthénopie accommodative par Dr Jean-Christophe Gavrilov
  • Environnement d’Optiswiss B2B2C par Olivier Jean-mairet - Optiswiss

18h45 - Session 2 avec :

  • Innovation : Découvrez l’adaptation des lentilles “connecté” avec la Databox Ophtalmic par Julien Bernard - Ophtalmic
  • Oculo-connecticus par Philippe Gardon
  • Shamir, une histoire et des technologies exclusives par Catherine Johnston-Roussillon - Shamir
  • Les natures mortes sont-elles des visions connectées ? par Elisabeth Roullier

Mardi 14 mars 2017

17h30 - Session 1 avec :

  • Vision et écrans : ergonomie, posture, comprendre et répondre aux nouveaux besoins des porteurs par Damien Paillé - Essilor
  • Verres progressifs d’intérieur et vision des seniors connectés par Jean-Pierre Meillon
  • Innovation Menicon en lentilles multifocales par Marie-Laure Paturle - Menicon
  • Vivre une expérience au travers de la marque, une façon de rendre la lunette plus désirable par Joël Friederich - Mondottica

18h35 - Session 2 avec :

  • Vers une consultation connectée par Marie-Anne Balayn - Nidek
  • Peek Vision : élargir radicalement l’accès aux services de soins oculaires à travers le monde par Marie-Noëlle Vinet - Fondation Krys Group
  • L’application Glasses off, premières données 1 an après le lancement en France et nouvelles perspectives par Dr Thierry Bury
  • La Basse Vision : Une tablette 7” pour que nos anciens puissent continuer à lire par Christophe Pluchet - Eschenbach

Mercredi 15 mars 2017

18h00 - Session 1 avec :

  • Intérêts des délégations de tâches par Dr Bertrand Tritsch
  • Luz Connexion par Nadia Fellous, Jean-Luc de Nantes et Jérôme Schertz - Luz
  • Mesure de l’acuité visuelle connectée par Philippe Roche
  • Aides optiques ou non-optiques, quelles solutions choisir en basse vision par Franck Nardi
  • Les 3 « O », le Quiz... par Eric Prevotat