Histoire

Comment est née la lunette française dans un hameau proche de Morez en 1796 ?

Comment est née la lunette française dans un hameau proche de Morez en 1796 ?
Average: 4.8 (4 votes)

Pour ce 6ème épisode de notre saga exclusive de l'Histoire de la lunette, acuite.fr vous plonge en 1796, dans un hameau proche de Morez (39), aux Arcets. Une région de prime abord hostile, ce territoire présente les atouts nécessaires à l’installation d’activités métallurgiques. Des gisements de minerais de fer se trouvent à proximité. L’énergie hydraulique de la rivière la Bienne actionne les martinets de forge. Et enfin, les immenses forêts défrichées alimentent en bois le feu de fonte. 

La lunetterie française est née dans ce Haut-Jura grâce au génie de Pierre-Hyacinthe Cazeaux, spécialisé dans la fabrication de clous à épingles. Son invention : la première monture en fil de fer. Sa connaissance des techniques sur le métal va l'aider à produire des lunettes. Depuis le 16e siècle, le travail de ce matériau est la spécialité des artisans du Haut-Jura installés sur les bords de la Bienne (la rivière qui coule à Morez). 

La petite histoire raconte qu’en travaillant, cet artisan casse ses lunettes, déjà fabriquées à cette époque en Angleterre. L’attente et le prix le dissuadant, il aurait essayé d’en fabriquer lui-même. 

Au début du 19e siècle, Pierre-Hyacinthe Cazeaux qui emploie 13 ouvriers réalise 300 douzaines de lunettes par an. Il les commercialise en France et en Suisse. Ce fabricant de clous ouvre la voie à une nouvelle génération d'industriels, qui rencontre un véritable succès avec ces lunettes en fil métallique. Ils perfectionnent la production jusqu'à créer des montures légères, surnommées « lunettes fils » ou « lunettes cheveux », spécialités moréziennes aux côtés des pince-nez sans soudure. En 1820, Pierre-Hyacinthe Lamy, le filleul de Cazeaux, installe ainsi à Morez la première usine entièrement dédiée à la fabrication des lunettes. L’industrialisation est alors en marche.

Les premières lunettes fabriquées par Pierre-Hyacinthe Cazeaux sont composées de plusieurs éléments : 

  • un fil de fer constitue la monture où sont insérés les verres de forme ovale ou ronde;
  • un pont appelé en X ou en K fait reposer les lunettes sur le nez;  
  • les branches en deux parties sont tenues par un rivet pour les articuler;             
  • les charnières permettent d’articuler les branches.
histoirelunette.pngPaire de lunettes optique, fer, fin XVIIIe – début XIXe siècle © Musée de la lunette. Photo : Pierre Guénat
histoirelunettes2.png« D’un clou naquit la lunetterie » : cette phrase est née lors du Bicentenaire de la lunetterie. Elle présente de manière imagée comment un artisan cloutier s’est mis a fabriqué des lunettes grâce à sa technicité. Le musée de la lunette a repris et personnifié ce clou pour en faire Clouvis, la mascotte du parcours jeune public.
 

 

Écrit par la Rédaction
Average: 4.8 (4 votes)
Réagissez !
Identifiez-vous pour poster des commentaires
Les dernières annonces...
Pratique
Identification