Profession

Opticiens, assureurs, e-commerçants : « les professions qui abusent », selon Capital

Opticiens, assureurs, e-commerçants : « les professions qui abusent », selon Capital
Average: 1 (1 vote)

C’est reparti ! Dans son numéro de septembre, Capital épingle dans un dossier « les professions qui abusent ». Et bien évidement notre profession n’échappe pas à une énième attaque médiatique. Mais pour une fois nous ne sommes pas seuls… Les assureurs, les e-commerçants comme les plombiers, les auto-écoles et bien d’autres sont également pointés du doigt. On pourrait croire que toutes les professions (sauf les fonctionnaires) arnaquent les consommateurs.

 

Les « arrangements entre complémentaires et opticiens »

Pour les journalistes du mensuel, si les opticiens poussent « des cris d’orfraie et dénoncent un acharnement à leur égard, ce sont des larmes de crocodiles. Ils savent que si le Gouvernement s’est enfin décidé à s’attaquer à la rente, dont ils bénéficient depuis des lustres, c’est que le coût financier de leurs abus n’est désormais plus tolérable ». Toutefois pour Capital, la cause principale de ces dérives n’est pas due à notre seule profession. Elle réside dans « les petits arrangements que les complémentaires santé et les opticiens ont pris l’habitude de mettre au point afin de booster leurs business respectifs ». Si les Ocam se servent de l’optique « comme produit d’appel pour attirer de nouveaux clients avec des remboursements très généreux », les opticiens sont accusés de « se caler sur le tarif maximal autorisé pour augmenter la note ». Et par rapport au plafonnement des remboursements qui devrait s’appliquer en 2015, le magazine estime que « nos opticiens ne peuvent pas trop se plaindre : la plupart de leurs homologues européens ne bénéficient d’aucun remboursement en matière d’optique ».

 

Ces assureurs qui font « tout pour ne pas payer »

Capital règle aussi leurs comptes aux assureurs qui, selon le magazine, « font souvent tout pour ne pas payer. En témoigne l’inquiétante progression des plaintes transmises chaque année à leur médiateur attitré (+110% entre 2008 et 2012). Si on ajoute à cela les 15 000 lettres et appels téléphoniques reçus la même année par l’ACPR (gendarme du secteur) et les 2 500 récriminations enregistrées par la Direction de la concurrence et de la communication, les compagnies peuvent se vanter de susciter un véritable torrent de protestations. Il faut dire qu’elles savent y faire pour rouler leurs clients dans la farine, enfoncent les journalistes. L’objectif est toujours le même : limiter au maximum les remboursements et si possible parvenir à ne rien verser ». Et pour cela le magazine cible les services juridiques qui « disposent d’un allié de poids : les petites lignes des contrats, que personne ne lit et qui peuvent être très efficaces le moment venu ».

 

Les « petites astuces » des e-commerçants

Enfin, si on peut faire de bonnes affaires sur le Net, on peut aussi s’y faire avoir. « Sur 144 000 sites marchands hébergés en France, la Fédération e-commerce et vente à distance (Fevad) en labélise moins de 1 000, souligne Capital. C’est dire si les risques de fraudes et d’abus sont importants. La Direction de la représentation des fraudes (DGCCRF), qui est notamment chargée de contrôler l’e-commerce, a d’ailleurs constaté une forte augmentation des infractions ces dernières années ». Et parmi les coups tordus les plus répandus sur la toile, le magazine met en avant le slogan enjôleur du « meilleur tarif garanti », les « remises imaginaires » ou encore les offres de « contrefaçons ».

 

Au bout d’une quinzaine de pages, le magazine imagine alors avoir livré à ses lecteurs les conseils pour se protéger « des professions qui abusent ». Toutefois, Capital précise, peut-être avec ironie, que « l’objet de ce dossier n’est pas de clouer au pilori telle ou telle corporation (…). Toutes ces professions, même les plus mal aimées du public, abritent beaucoup de gens de bonne volonté, qui font leur travail en conscience. Plus que les comportements, ce sont les conditions d’exercice de ces métiers qui provoquent les dérives, estime le mensuel. La bonne nouvelle, c’est que nos gouvernants semblent avoir décidé de passer à l’action. Si tout va bien, la loi Hamon du 13 février dernier devrait, entre autres, limiter les abus des parkings et réduire les factures des lunettes », conclut-il.

 

A la lecture de ce dossier, nous allons tous devenir riches… ou pauvres !

Réagissez !
4 commentaires
Identifiez-vous pour poster des commentaires

Roucoule Lapalombe
Ras-le-bol de ces attaques mensongères démago... Nos syndicats doivent absolument publier un droit de réponse, la meilleure preuve que ces accusations sont fausses c'est effectivement le salaire moyen de l'opticien, en queue des pros de santé, publié dans le rapport IGF à la demande du ministre de l'Economie !! de plus le CA des magasins d'optique stagne depuis plusieurs années donc... Agissons, rassemblons nous dans le [...] !
Nicolas Serfaty
Mais oui ! Qui connait mieux le métier d'opticien que quelqu'un qui ne l'ai pas ? Franchement, nous devrions garder cet article précieusement ! Trêve de sarcasmes, ça me désole de voir le métier que j'aime être stigmatisé de jours en jours...
Pierre Adfinitas
et si nos représentants usaient d'un droit de réponse, L'igf organisme officiel s'il en ai, à tordu le cou à cette rumeur ... ne soyons plus des Palombes !
Mailys Musset
MARRE !!!! comme vous dites de ces reportages qui tous les jours nous font passer pour des bouffons !!
nous n'arrivons même plus à exercer notre profession comme il se doit, c'est à dire comme des techniciens de l'optique or nous devenons presque des secrétaires de mutuelle, celle qui augmente leurs cotisations d'années en années et qui nous demande de nous mettre à nu pour rembourser de moins en moins nos clients la question ce pose!! il faut aussi dire que le bénéfice net de certaines mutuelles à la fin de leurs années exercices équivaut au CA réalisé du plus connu des verriers français. y-a-t-il des réformes pour limiter les cotisations annuelles de nos clients NON..... MARRE NE SOYONS PLUS DES PALOMBES!!!!!!
Les dernières annonces...
Pratique
Sondage

Votre magasin est-il équipé d’une solution de prise de mesures électroniques ?

Total des votes : 552

Identification