Histoire

L’apparition des lunettes, une révolution de l’époque moderne

L’apparition des lunettes, une révolution de l’époque moderne
Aucun vote pour le moment

L’introduction de la fabrication des lunettes en France se situe vraisemblablement vers 1450, alors que la profession s’organise du XVe et XVIe siècle. En 1581, la corporation des miroitiers-bimbelotiers-lunetiers est créée et les statuts du métier définis.

C’est en 1720 que le nom d’opticien apparaît. Il désigne les spécialistes de la fabrication des lunettes, des instruments d’optiques et de précision, ainsi que de nombreux dérivés : longues-vues, microscopes, baromètres… L’Encyclopédie, Diderot et d’Alembert, définit le lunettier comme un « ouvrier qui fait des lunettes et qui les vend ».

Dans les villes, les lunettes sont vendues par les lunetiers et les merciers. Dans les campagnes, dès le XVe siècle, des marchands ambulants et des colporteurs diffusent ce produit au gré de leurs voyages. On les reconnaît grâce à leur éventaire rectangulaire en osier ou en bois tenue par une sangle passée autour du cou. Ces marchands n’ont de connaissance ni en oculistique ni en optique. Sur les chemins pour attirer le chaland, il chante :

« J’ai des bésicles pour les vieilles,

Des monocles qui font merveilles,

Des lunettes pour les serpents

Ainsi que pour les yeux de paons,

J’en possède pour tous usages,

Pour chausser les gros nez des sages,

Pour corriger la vue des fous,

Rendre clairvoyants les jaloux »

(Extrait d’une chanson de colporteur)

A l’époque, les lunettes constituent un objet de prestige pour les nobles, un signe distinctif de leur condition et de leur richesse, car peu d’entre eux étaient lettrés. Au XVIIe siècle, cette fonction prend en Espagne, une ampleur telle que la taille des verres est proportionnelle à l’importance de son porteur ! On remarque un usage similaire par les Mandarins en Chine.

Jusqu’aux années 1730-1750, les branches n’existent pas. Il faut donc attendre que le miroitier-lunetier français Thomin (ou le lunetier anglais Scarlett) ait l’idée géniale d’ajouter aux bésicles deux branches latérales. Elles vont ainsi soulager le nez, ne plus entraver la respiration et libérer les mains.

Avez-vous bien tout retenu ? Pensez-y car un Acuinaute remportera un week-end de ski pour 2 personnes dans le Jura grâce à notre saga sur l’Histoire de la lunette et en jouant sur notre page Facebook dès le 8 décembre. Ce pourrait être vous !

photo_encyclopedie_lunettes.png

L'Encyclopédie, Diderot et d'Alembert, XVIIIe siècle. ©Musée de la Lunette  - coll. Essilor-Pierre Marly. Photo : Pierre Guénat

Écrit par la Rédaction
Aucun vote pour le moment
Réagissez !
Identifiez-vous pour poster des commentaires
Les dernières annonces...
Pratique
Sondage

Sur 2017, le chiffre d'affaires de votre magasin va

Total des votes : 129

Identification