Histoire

L’histoire des solaires, ou comment les « conserves » sont devenues un accessoire de mode incontournable...

L’histoire des solaires, ou comment les « conserves » sont devenues un accessoire de mode incontournable...
Aucun vote pour le moment

Elles ouvrent à toutes les folies, comme à la discrétion. On les dégaine avec plaisir à chaque premier rayon de soleil. Ce sont bien évidement les solaires !  Plus que des accessoires, elles sont le reflet de la personnalité du porteur. Mais si elle pimente la mode, il ne faut pas en oublier leur première raison d’être : la protection contre l’éblouissement et les rayons UV.

Les lunettes de soleil se sont réellement démocratisées à partir des années 1950, avec le développement des matières plastiques, l’instauration des premiers congés payés et l’entrée dans une société de la consommation. Toutefois, le souci de se protéger les yeux remonte à l’Antiquité. Néron protégeait les siens de la luminosité, lors de combats de gladiateurs, en plaçant une émeraude devant ses yeux.

Au Moyen Age, quelques voyageurs arboraient des bésicles recouvertes d’une étoffe sombre protégeant chaque œil. Ce n’est qu’au 17e siècle qu’apparaissent en Occident les « conserves », lunettes aux verres colorés ou teintés, préconisées par les médecins pour soulager les yeux de la lumière, de la fatigue ou encore après diverses opérations ophtalmiques (cataracte). Elles portaient ce nom car elles « conservaient » les yeux, autrement dit les protégeaient.

En Europe, l’invention des verres fumés au 19è siècle marque alors le vrai début des lunettes de protection solaire. Inspirés des verres en quartz fumé utilisés par les chinois, ils vont garnir les lunettes du quotidien (pince-nez) ainsi que les lunettes de protection (pour alpiniste et cheminot). Depuis la fin du 19è siècle, les lunettes de protection solaire ont connu des évolutions spectaculaires tant techniques qu’esthétiques.

Elles ne seraient pas ce qu’elles sont aujourd’hui sans les nombreuses innovations optiques développées par les fabricants :

  • 1932 - les verres polaroïd,
  • 1960 - les verres minéraux photochromiques,
  • 1990 – les verres organiques à teintes variables

Soulignons également le rôle essentiel des campagnes de sensibilisation contre les méfaits des rayons du soleil, menées dès 1948 par l’Union Nationale des Syndicats d’Opticiens Français (Unsof) puis à partir de 1954 par l’Association nationale pour l’amélioration de la vue (Asnav).

Acuité, en collaboration avec le Musée de la Lunette de Morez, vous propose pour ce deuxième épisode de notre saga exclusive, une sélection issue des acquisitions du Musée. Des modèles récents (21ème siècle) aux plus anciens (18ème), une invitation à remonter le temps...


Réagissez !
1 commentaire
Identifiez-vous pour poster des commentaires

Pierre Jean
bjr : j aime beaucoup le modèle Kenzo et son pakaging dédié ..Les opticiens " lunetiers " ( ceux qui fabriquent réellement , dans leur atelier , des séries courtes , avec leur petite fraiseuse , du petit outillage , et leur savoir faire ) sont à même de satisfaire leur clientéle avec
des concepts similaires. je trouve celà très beau !
Les dernières annonces...
Pratique
Sondage

Votre magasin est-il équipé d’une solution de prise de mesures électroniques ?

Total des votes : 1078

Identification