Profession

François Demonchy, Thierry Caillat, Jérôme Tondeur, Frédéric Narassiguin, qui sera « l’opticien de l’année 2016 » ? (3/3)

François Demonchy, Thierry Caillat, Jérôme Tondeur, Frédéric Narassiguin, qui sera « l’opticien de l’année 2016 » ? (3/3)

De gauche à droite : Thierry Caillat (69), François Demonchy (76), Frédéric Narassiguin (La Réunion) et Jérôme Tondeur (69)

Aucun vote pour le moment

Ils sont dix ! Dix opticiens passionnés par leur métier et pour qui les mots de qualité, engagement, écoute ou sens éthique ont encore un sens. Comme chaque année, le Sidol (Syndicat des Importateurs et Distributeurs en Optique Lunetterie) décernera le 15 juin prochain le prix de « l'Opticien de l'Année » à un professionnel de notre secteur. Alors qui sera l'heureux élu ? Le grand gagnant se cache parmi eux :

  • Jean-François Bracq
  • Thierry Caillat
  • François Demonchy
  • Christine Dohen
  • Benoît Hut
  • Catherine et Didier Lamarche
  • Rodolphe Linage
  • Frédéric Narassiguin
  • Fabrice Olivier
  • Jérôme Tondeur

Après avoir découvert les portraits de Jean-François Bracq, Christine Dohen et Benoît Hut et de Fabrice Olivier, Rodolphe Linage, Catherine et Didier Lamarche, nous vous proposons de découvrir ceux de François Demonchy, Thierry Caillat, Jérôme Tondeur et Frédéric Narassiguin.

 

francois.pngFrançois Demonchy (76), 49 ans

Farouchement indépendant, François Demonchy voit dans sa nomination au prix de l’Opticien de l’année « une sorte de prime d’ancienneté » venant récompenser « une vieille affaire qui traverse les tempêtes de notre métier ». Sa devise : « pas de pub, pas de tiers-payant et pas de lien avec les Ocam », ce qui lui donne parfois l’impression d’être le village d’Astérix au milieu de la Gaulle.

C’est ainsi que votre confrère, diplômé en 1989, a décidé de faire vivre la maison Le Lanchon. Alors qu’il a débuté dans cette affaire familiale en 1987 en tant que stagiaire, il en devient l’unique propriétaire en 2004. Aujourd’hui, Le Lanchon Opticiens c’est trois magasins (une boutique principale, une boutique solaire et une vintage) installés à Rouen, qui emploient 24 collaborateurs.

« Ce qui fait notre réussite ? Un mélange entre les valeurs métiers transmises par Bernard Le Lanchon, le développement de l’entreprise et un véritable amour de la lunetterie, a-t-il confié à Acuité. Ajoutez à cela les connaissances techniques qui sont indispensables et évidentes. C’est d’ailleurs pour cela que j’attribue avant tout cette nomination à mon équipe. Ce serait une reconnaissance de leur travail et ils sont d’ailleurs bien plus impatients que moi quant à l’annonce des résultats », conclut-il.

 

caillatpng.pngThierry Caillat (69), 55 ans

« Flatté et honoré » de sa nomination, Thierry Caillat a toujours eu la défense de la profession chevillée au corps. « Les opticiens doivent être reconnus comme des professionnels de santé », estime ce diplômé de Morez en 1981 qui n'a de cesse de mener des actions pour la reconnaissance du métier. S’il a toujours développé des relations poussées avec les ophtalmologues et le milieu hospitalier, c’est pour offrir une approche médicale à ses clients. Titulaire d’un Diplôme Universitaire en Optométrie de la faculté d’Orsay, Thierry Caillat s’enrichit encore aujourd’hui de ses contacts avec des équipes hospitalo-universitaires. « Je participe au groupe « Lentilles de contact » du CHU Edouard Herriot de Lyon », indique-t-il. L’emploi du temps de ce passionné, installé à Lyon depuis 1986, ne lui laisse que peu de temps de répit. Mais, bien entouré d’une équipe de 12 personnes réparties entre son magasin indépendant et son point de vente Optic 2000, Thierry Caillat peut continuer à valoriser le métier d’opticien. Il s'est d'ailleurs fortement investit dans l'association Oscar et soutient la création de différents collectifs régionaux d'opticiens. 

 

 

 

tondeur.pngJérôme Tondeur (69), 54 ans

«Honoré de cette reconnaissance par ses pairs », Jérôme Tondeur estime « ne pas être plus méritant que n’importe quel confrère». Le professionnalisme, le sens du service client et de l’écoute des besoins sont les lignes de conduite que ce gérant suit au quotidien. A la tête d’un magasin d’optique et d’un centre audio à Villefranche-sur-Saône (69), ce chef d’entreprise emploie 19 personnes.

Issu d’une famille d’horlogers reconvertis dans l’optique, Jérôme Tondeur fait partie de la 3ème génération à diriger le magasin d’optique caladois. « Même s’il a changé d’emplacement, le point de vente existe depuis 1924 ! », fait-il savoir. Autre particularité de cette surface de vente de 350 m2 : un tiers du magasin est dédié à la photographie et deux tiers à l’optique. « Nous vendons du matériel et des accessoires. Ce département représente un tiers de mon chiffre d'affaires », ajoute-t-il.

 

naga.pngFrédéric Narassiguin (La Réunion), 40 ans

« C’est encore une agréable surprise ». C’est par ces mots que Frédéric Narassiguin a réagi à sa nomination pour la deuxième année consécutive au prix de l’opticien de l’année. Président du groupe réunionnais Optic Développement, il est aujourd’hui à la tête de 31 magasins d’optique (18 enseignes Optique de Bourbon, 7 points de vente Alain Afflelou et 6 Optical Discount). L’une des clés de la réussite ? Le dynamisme de  l’entreprise. « Nous nous sommes agrandis et avons développé des magasins sous enseigne », fait-il savoir. Frédéric Narassiguin a notamment créé 4 magasins ODB Kids et 2 espaces ODB Sport.

Pour se différencier, ce chef d’entreprise mise également sur la qualité des produits. « J’accorde une importance particulière aux produits dotés d’un savoir-faire », conclut-il.

Écrit par la Rédaction
Aucun vote pour le moment
Réagissez !
Identifiez-vous pour poster des commentaires
Les dernières annonces...
Pratique
Sondage

Votre magasin est-il équipé d’une solution de prise de mesures électroniques ?

Total des votes : 623

Identification