L’été dernier, EssilorLuxottica avait engagé des poursuites judiciaires contre GrandVision, lui demandant un certain nombre d'informations sur la façon dont il avait géré le début de la crise liée au Covid-19, des informations jugées nécessaires pour le bon déroulement du rachat. Le 24 août, le tribunal de grande instance de Rotterdam a rejeté la demande le géant de l’optique, avant qu'EssilorLuxottica ne fasse appel, quelques jours plus tard.

Appel rejeté pour EssilorLuxottica

Sept mois après cette passe d’armes estivale, la Cour d’appel d’Amsterdam a confirmé le jugement du TGI de Rotterdam et rejeté dans leur intégralité les demandes du groupe franco-italien.

Nous noterons que cette décision n’empêchera pas l’acquisition de se faire. Plusieurs étapes doivent cependant encore être franchies.

GrandVision devrait finir par donner une partie des informations demandées

En juillet dernier, GrandVision avait engagé une procédure d’arbitrage contre EssilorLuxottica. Les décisions du tribunal arbitral, indépendantes de celles de la justice néerlandaise, doivent intervenir dans les prochaines semaines. Le 22 février, il a été indiqué que certaines informations demandées par EssilorLuxottica devraient être communiquées.

Toujours dans l’attente du Chili et de la Turquie

Les retours des autorités de concurrence du Chili et de la Turquie sont de leur côté toujours attendus. S’ils venaient à refuser de donner leur autorisation pour le rachat, EssilorLuxottica devrait trouver un nouvel accord avec elles. Pour l'Europe, la Commission européenne a donné son accord fin mars, sous réserve qu'EssilorLuxottica cède des magasins dans trois pays.

GrandVision réitère son soutien à EssilorLuxottica

La ligne d’arrivée de cette course de fond n’est pas encore en vue, mais elle ne cesse de se rapprocher. Dans un communiqué, GrandVision a rappelé qu’il « continue de soutenir EssilorLuxottica avec l'objectif commun d'obtenir l'approbation réglementaire pour la clôture de l'opération avant le 31 juillet 2021 ».