Cet été, Olivier Véran a saisi le HCAAM (Haut conseil pour l’avenir de l’assurance maladie) pour qu’il se penche sur l’amélioration de l'articulation en l’Assurance maladie et les complémentaires santé. Une demande qui fait suite au rapport de la Cour des comptes peu flatteur pour les Ocam. Le ministre de la Santé souhaite remédier aux « faiblesses structurelles : iniquités de couverture entre ménages, complexité de gestion pour les professionnels de santé […] ».

Trois pistes principales sont à l’étude :

  • Ne pas changer l’articulation mais simplifier l’accès aux Ocam. Il s’agit de la solution qui bouleverserait le moins le système ;
  • Créer une « Grande Sécu » :, qui renforcerait considérablement les prérogatives de l’Assurance maladie, réduisant ainsi celles des Ocam ;
  • L’inverse : faire prendre aux Ocam intégralement la place de l’Assurance maladie pour certains remboursements.

Les Français privilégient la stabilité

Un rapport de force entre assurance publique et privée qui a fait l’objet de plusieurs enquêtes auprès du public. Un sondage Ifop pour Aesio (2 005 participants) a d’abord demandé aux Français quelle solution ils préféraient. La première (simplification de l’accès aux Ocam) a obtenu le plus de faveurs (41%). La Grande Sécu semble plaire à 38% des répondants, et le gain de place des Ocam à 21%.

Le groupe Malakoff Médéric a quant à lui demandé deux études au cabinet Elabe, pour comparer l’avis des chefs d’entreprises (259 interrogés) et du grand public (3 000 interrogés) sur le système de santé français. Les deux tiers (68% du grand public, 63% des patrons) sont favorables au maintien du système actuel. Les trois quarts des répondants craignent qu’un changement fasse augmenter le coût de la santé (les patrons craignent aussi une hausse des cotisations patronales financer le système).

Un sujet qui pourrait s’ancrer dans le débat

On notera cependant que, si tous valorisent la complémentarité entre les deux, l’Assurance maladie a plutôt les faveurs du grand public, quand les Ocam ont celles des patrons. En effet :

  1. 27% du grand public pensent que le système de santé repose surtout sur l’Assurance maladie, (11% sur les Ocam) ;
  2. 24% des patrons pensent que le système de santé repose surtout sur les Ocam, (20% sur l’Assurance maladie) ;

A l’approche de l’échéance présidentielle, les sujets liés à la santé pourraient bien se multiplier. Car l'enquête Ifop pour Aésio révèle que pour 72% des Français, la santé est leur première préoccupation (contre 60% en 2017), devançant ainsi les sujets de sécurité.


À lire : Bien Vu Les Enjeux : La Sécu peut-elle se désengager du panier B ?