Ocam

L'e-santé au bénéfice des Ocam ?

L'e-santé au bénéfice des Ocam ?
Aucun vote pour le moment

Alors que Samsung annonçait le 28 mai dernier la sortie du Simband, un bracelet connecté dédié à la santé, c'est désormais au tour d'Apple de se lancer dans la « e-santé ». Lundi 2 juin, à l'occasion de la Worldwide Developers Conference, le géant de l'informatique a dévoilé son nouveau projet : la plateforme « Healthkit ». Alors que ces dispositifs posent le problème de la protection des données personnelles et de leur utilisation à des fins marchandes, ils commencent déjà à intéresser les complémentaires santé. 

L'e-santé par Apple 

Taille, poids, nombre de pas effectués dans la journée, rythme cardiaque ou encore pression sanguine, sommeil, alimentation... ces informations recueillies par plusieurs applications de santé seraient regroupées au sein de la nouvelle plateforme d'Apple. La société à la pomme entend récolter ces données au travers d'objets comme par exemple les bracelets connectés. Elle est d'ailleurs en collaboration avec Nike, qui propose d'ores et déjà ce type de produits. 

Grâce à « Health », une application pré-intégrée à l'iOS8, la nouvelle version du système d'exploitation OS, les utilisateurs pourront accéder à leurs données. Mais pas seulement : Apple a signé plusieurs partenariats avec des hôpitaux privés et publics aux Etats-Unis. Ainsi, les professionnels de santé pourront avoir accès à toutes les données médicales qui auront été stockées sur la plateforme. 

Quels bénéfices pour les Ocam ? 

Récemment, Axa a lancé une action promotionnelle en offrant un bracelet connecté aux 1 000 premiers souscripteurs d'un nouveau contrat d'assurance santé. En utilisant le gadget, les « gagnants » peuvent participer à un concours organisé par l'organisme. Pour remporter des chèques cadeaux, ils doivent effectuer au moins 7 000 pas par jour. Si l'assureur défend cette campagne comme une façon d'inciter ses clients à mener une activité sportive, elle serait susceptible de lui permettre de recueillir des données sur les pratiques de ses assurés et ainsi mieux évaluer leurs degrés de risque. A travers quoi, l'Ocam pourrait ajuster ses contrats et ses tarifs en fonction du mode de vie de chacun. 

Comme nous vous en parlions hier, le nouvel environnement de la complémentaire santé renforce l'attrait des logiques de réseaux et de parcours de soins dans l'objectif de peser sur la filière de soins, modifier les pratiques des assurés et améliorer les capacités de recueil et de traitement des données (lire notre news : Ocam : quelles stratégies pour demain ?. « Innover s'avère alors indispensable et le champ des nouvelles technologies (sites d'information/orientation, applications mobiles, nouveaux modes de consommation des soins en ligne, télémédecine, téléconseil...) est synonyme d'opportunités », soulignent les experts de Xerfi-Precepta dans une récente étude. 

A noter qu'en 2012, le marché global de l'« e-santé » représentait déjà 2,4 milliards d'euros, un chiffre d'affaires qui devrait progresser de 4% à 7% en moyenne chaque année d'ici 2017.

mayoclinic-healthkit-examples-100305529-large.jpg

Avec « Healthkit » d'Apple, l'utilisateur pourrait connaître en temps réel sa pression sanguine

 

Écrit par la Rédaction
Aucun vote pour le moment
Réagissez !
Identifiez-vous pour poster des commentaires
Les dernières annonces...
Pratique
Elles Proposent
Identification