Profession

« RAC 0 » en optique : Carte Blanche Partenaires dévoile « 3 propositions concrètes »

Average: 5 (2 votes)

Suite à la concertation lancée le 23 janvier dernier par la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, Carte Blanche Partenaires a formulé 3 propositions pour atteindre le reste à charge zéro d'ici 2022.

La plateforme vise plusieurs objectifs en faveur de l'accès aux soins à tous : maîtriser les tarifs des équipements (sans en dégrader la qualité), repenser le parcours de soins des patients, renforcer l'information des usagers et améliorer la formation des professionnels de santé.

Création d’une instance regroupant l’ensemble des acteurs de la filière

Dans le détail, Carte Blanche Partenaires propose la création d'une instance placée sous l'autorité de la ministre de la Santé rassemblant tous les acteurs de la filière (médecins ophtalmologues, fabricants, distributeurs, réseaux de soins et complémentaires santé). Son objectif : établir un référentiel de bonnes pratiques professionnelles pour les prestations de base et complémentaires ainsi que des critères techniques de qualité communs pour les équipements.

Le double devis systématique en optique

Deuxième proposition : l’instauration systématique en optique d’un double devis dont l’un comprenant une offre sans reste à charge. De cette manière, les clients peuvent « comparer clairement le coût-qualité des équipements et des prestations de conseil qui leur sont fournies », souligne la plateforme de services.

Ces devis devront appliquer la normalisation suspendue pour l'instant qui distingue la prestation d'accompagnement et de conseils de la vente de l'équipement lui-même », ajoute-t-elle.

Mise en place d’une campagne d’information

Enfin, Carte Blanche souhaite déployer une campagne d’information grand public pour informer les porteurs sur la possibilité d’accéder à une offre sans reste à charge. Comment ? En créant un visuel « clair », après consultation de tous les acteurs, qui devra être mis en avant dans les magasins d’optique.

Réagissez !
8 commentaires
Identifiez-vous pour poster des commentaires

Philippe R Magritte
Est ce que dans "acteurs de la filière" CBP peut ajouter: OPTICIENS ?
C'est tout pour ce soir, je ne veux pas paraître trop exigeant!
Edgard Mombailly
déjà que les réseaux imposent leur monture (tient des mutuelles qui font du commerce)bientôt elles imposeront leurs verres .tout bénef pour elles et nous ne seront plus que leurs bons petits salariés. Que dire des orientations d achat sur internet. elle n ont rien a faire de leurs adhérents (a part augmenter les cotiz pour acheter des stades) quel réseau de soins a une seule fois vérifié la "qualité des équipements" avant d accorder un partenariat. Seul se soumettre à leurs conditions tarifaires compte Quand cesserons nous d'être manipulés, dirigés ,juges, soupçonnés. Reprenons notre métier en main, cessons leur dictât en refusant de pratiquer le TP et défendons notre savoir faire et nos produits de qualités. Ne nous laissons pas doubler encore une fois par les réseaux
L Doit
Je ne pratique pas le tiers payant . Ainsi le "nous ne seront plus que leurs bons petits salariés" est exactement l'argument que j'utilise, très exactement voilà ce que je dis : Les mutuelles nous imposent une grille tarifaire. Cette grille tarifaire est une sélection de produits et non une offre tarifaire sur TOUS les produits des verriers. C est la mutuelle qui décide à votre place ( assuré) et à ma place ( professionnel); Dans ce cas si c est la mutuelle qui m impose le prix et la qualité des verres, alors ils n ont qu à me verser un salaire et payer mes charges ! puis je rajoute une petite touche de démagogie ( quoique) : regardez le monde agricole ; les banques , l industrie agro-chimique et la grande distribution les ont tellement aidés que maintenant tout le monde les prends pour des empoisonneurs . A chacun son métier et ses responsabilités .
Michel Deblais
Depuis quand et à quel titre les réseaux et les complémentaires santé font ils partie de la filière optique ?
Ce sont des assureurs, que des assureurs; ils protègent leur statut d'assureurs, n'ont pas la moindre compétence professionnelle en ophtalmologie ou en optique.
La maitrise des coûts ne semble pas concerner les cotisations à ces assurances qui sont devenues un véritable impôt.
A-t-on vraiment besoin de l'avis mercantile des assureurs pour améliorer la formation des professionnels de santé?
Combien de temps va-t-on encore subir l'inquisition de ces gens la?
Véronique Durand
Avant 2015 : l Optique parmi les 10 premiers créateurs d emploi en France !

1 an Après 2015 : l Optique secteur sinistré !!!!
347 liquidations judiciaires en 1 an !!!!!!!

Bravo les politicards !!!!
Pour couler un pays, vous êtes fortiches !!!!!
Véronique Durand
347 red. et liquidations judiciaires en 1 an !!!!!!
d environ du moins d octobre 2016 à fin 2017 !!!!!!

[...]étail-d'optique
(On me sensure l adresse du site listant ces 347 cas !)
Allez voir sur le site de « repreneurs. »en précisant « Optique » en mot de recherche!

Voilà les conséquences de la nouvelle législation ... les plafonds... les réseaux...

347 ... de tous les C.A jusqu’à 1,5 millions h.t, de tous comme enseigne et pas seulement des indépendants comme on pourrait penser au premier abord...

Voilà la Vérité de l Optique que l on nous cache !!!!!!
A tel point...
qu il n y a aucun cas dénoncé sur 2018... comme par hasard !!!!

Notre créneau d santé est dans le rouge !!!!
Et manifestement.... c est un réel complot contre nous !

[...]étail-d'optique
Al V
Le double devis dont 1 avec un RAC de 0 €, pourquoi pas, ça peut être une bonne idée. Mais à l'unique condition que les clients soient parfaitement informé de façon clair du montant de leur droit en remboursement. En gros ils doivent déjà connaitre leur remboursement avant même de franchir le pas de la porte du magasin. Nous vendons des lunettes et pas des contrats mutuelles !! Ce n'est donc pas à nous de faire le boulot des mutuelles à les informer de combien ils ont le droit.
Bruno Vaisson
Je propose un RAC =0€ pour les frais (très) onéreux des complémentaires santé-santéclaire avec une transparence amélioré dans le flou des contrats, avec à terme en 2022 une gratuité totale des mutuelles.
Il restera à définir une qualité de remboursement irréprochable sans demande de justificatifs indécents pour permettre la bonne mise en place de ces prestations sans léser aucunement le souscripteur ou son employeur-souscripteur avec un financement pris sur les fabuleux bénéfices à faire rougir les Mélenchonistes.
Les dernières annonces...
Pratique
Elles Proposent
Sondage

Pour vous, combien de magasins répondront aux prochains appels d’offres ?

Total des votes : 745

Identification