Ocam

Réseaux mutualistes : la MGEN fait l'apologie de l'étude Que Choisir et de la PPL Le Roux

Réseaux mutualistes : la MGEN fait l'apologie de l'étude Que Choisir et de la PPL Le Roux
Aucun vote pour le moment

A quelques jours de l'étude de la PPL Le Roux par le Sénat, dans son magazine « Fréquence » section Manche de juin 2013, la MGEN consacre une page à l'optique et aux conventionnements au sein des réseaux. Elle avoue ouvertement, que selon le type d'équipement, elle rembourse de 95 à 380 euros pour une paire de lunettes. Un conventionnement qui suscite « encore de nombreuses interrogations pour certains, souvent influencés par leur opticien habituel ne faisant pas partie du réseau* », explique la MGEN. Elle reprend ainsi un extrait de la revue de presse de l'Agence fédérale d'information mutualiste (AFIM) qui apporte, selon elle, « un éclairage intéressant » sur la question.

Le texte transmis à ses adhérents fait notamment l'apologie de l'étude publiée en avril dernier par l'UFC-Que Choisir. Ainsi, la MGEN affiche clairement que « la France est le pays d'Europe où les lunettes sont les plus chères. Selon l'UFC, un équipement (verres et montures, ndlr) est vendu en moyenne 393 euros hors taxes, 3,3 fois son prix d'achat par l'opticien, reprend la mutuelle. Il dégage donc une marge brute de 275 euros, soit un taux de 233% qui atteint même 317% en moyenne sur les verres. Signe que ce marché est rentable ! », renchérit l'organisme qui n'oublie pas de noter que « le nombre de points de vente a augmenté de 47% depuis 2000 alors que les besoins de la population n'ont progressé que de 13% sur la même période. Cette explosion (de magasins, ndlr) ne correspond pas à une logique de santé publique et ne peut s'expliquer que par la rentabilité élevée de l'activité de distribution de lunettes ».

Par la suite, la MGEN reprend quelques phrases à charge contre notre secteur, piochées au hasard dans la presse grand public. Elle revient également sur la PPL Le Roux, soutenue par l'UFC-Que Choisir, permettant aux mutuelles de pratiquer des remboursements différenciés au travers des réseaux de soins. En conclusion, elle entend « promouvoir ces réseaux de soins qui permettent de maîtriser les coûts de la santé et en conséquence de maintenir nos cotisation à un niveau acceptable ».

Lire aussi :
- (1/2) Club OpticLibre démontre que l'UFC-Que-Choisir donne une analyse fausse du marché (1/2)
- (2/2) Club OpticLibre démontre que l'UFC-Que-Choisir donne une analyse fausse du marché

Retrouvez le document dans son intégralité ici

*Optistya est un réseau fermé qui compte 2 102 opticien partenaires pour 3,7 millions d'adhérents.

Réagissez !
Identifiez-vous pour poster des commentaires
Les dernières annonces...
Pratique
Elles Proposent
Sondage

La marque est-elle un critère important pour vos clients dans le choix de montures ?

Total des votes : 207

Identification