0%
    Ocam

    Les petites et moyennes mutuelles disent « non » aux réseaux et à la généralisation du tiers payant

    Les petites et moyennes mutuelles disent « non » aux réseaux et à la généralisation du tiers payant
    Average: 5 (2 votes)

    A contre sens de la Mutualité Française, l’Association Diversité et Proximité Mutualiste (ADPM) milite pour le renforcement de la Sécurité sociale. Contre les réseaux de soins et la généralisation du tiers payant, cette fédération représentant des petites et moyennes mutuelles soutient une pétition en ligne initiée par le Collectif citoyen « Ensemble pour une santé solidaire », sous la forme d'une lettre à François Hollande et Marisol Touraine. « Nous alertons depuis des années les pouvoirs publics, les médias et nos adhérents du recul accéléré de la solidarité nationale organisé par le pouvoir », écrivent ses représentants qui demandent aujourd’hui le retrait du projet de loi Santé.

    Dans sa lettre au Gouvernement, le Collectif citoyen « Ensemble pour une santé solidaire » indique :

    « Comme le pratiquent aujourd'hui les complémentaires santé et nombre de mutuelles, plusieurs niveaux de garanties sont proposées suivant l'âge, le risque (plus ou moins bonne santé au départ) le tout vendu avec le sourire, avançant toutes sur leurs garanties de prise en charge sur l'optique et le dentaire (totalement délaissée par notre Sécurité sociale). Nous ne saurons jamais combien dépensent vraiment en publicité ces organismes à but lucratif aux dépends des remboursement aux patients, pardon… aux clients ».

    Et si « certains rêvent de mettre en place des réseaux de soins obligeant le cotisant/adhérant à n'avoir d'autre choix de passer par « leurs » professionnels de santé sous peine de se voir moins bien remboursé, il leur sera alors facile à travers le tiers payant intégral prôné par la ministre de faire pression sur ces professionnels pour faire baisser le coût, au détriment de la qualité de la prestation ». Pour l’ADPM, « ayant accès à nos données médicales personnelles, les assureurs créeront différents niveaux de prise en charge en fonction du risque (ils ne s’en cachent pas et s’en vantent même à leurs actionnaires auxquels ils font miroiter les bénéfices à venir) et ainsi l'égalité des soins et de l'accès aux soins ne seront pas garantis pour tous ».

    Aussi l’association estime que « la généralisation obligatoire de l'accès aux complémentaires dès 2016 pour tous les salariés à grand renfort de fonds publics va à l'encontre d'une vraie politique de santé responsable qui devrait consolider notre Sécurité sociale, avec ce principe fondamental qu'est « cotiser selon ses moyens, recevoir selon ses besoins ». Au lieu de quoi la ministre de la Santé et le Gouvernement poursuivent l’entreprise de délitement de la Sécurité sociale entamée par leurs prédécesseurs, au profit des assurances privées nationalisées par le Conseil National de la Résistance en 1946 ».

    La pétition soutenue par l’ADPM dit « non » à la « transmission de données médicales aux marchés financiers » et milite pour le libre choix du professionnel de santé ainsi qu’une « Sécurité sociale solidaire ». Elle a réuni à ce jour plus de 1 800 signatures. 

    Réagissez !
    3 commentaires
    Identifiez-vous pour poster des commentaires

    Antonio Bertho
    perso je le fais déjà dans ville. en détournant tout les clients des réseaux fermé vers les mutuelles SANS ACTIONNAIRES.

    Yvon Goudeau
    il serait temps de promotionner les mutuelles ayant un esprit non mercantile . Il est possible en réunissant les professionnels de santé (opticien , dentiste, acousticien , ...) qui ont suffisamment de contact avec les clients pour leur expliquer où se trouve aussi leur intérêt. Contact avec l'ADPM impératif...
    Les dernières annonces...
    Pratique
    Sondage

    Quelle est la variation de votre chiffre d'affaires sur le mois de novembre 2021 par rapport à novembre 2019 ?

    Total des votes : 375

    Identification