Profession

« RAC 0 » en optique : « une réforme sans moyens ? », interroge le Rof

Aucun vote pour le moment

Dans une news publiée hier, Acuite.fr revenait sur le déroulé des négociations entre les organisations professionnelles de notre secteur et la Direction de la Sécurité sociale (DSS). Nous avions alors réussi à joindre la Fédération nationale des opticiens de France (Fnof) et le Groupement des industriels et fabricants de l’optique (Gifo), sans parvenir à contacter le Rassemblement des opticiens de France (Rof). Le syndicat nous a fait parvenir un communiqué de presse dans la soirée.

« Faisant suite à la demande exprimée à la ministre de la Santé par le Rof, la Fnof, le Synom et le Gifo le 13 mars, la Directrice de la Sécurité sociale a tout d’abord rappelé les principes du projet global de réforme du reste à charge zéro. Ils portent sur la lutte contre le renoncement aux soins, l’amélioration de l’accès aux soins, la prévention et le maintien d’un marché libre en dehors du RAC 0. Nos demandes ont ainsi été entendues, à la fois sur la nécessité de discuter de la dimension politique de cette réforme et d’entrer dans une démarche de concertation ouverte », explique le syndicat.

« Lors de cette réunion du 27 mars, la DSS a précisé le contenu du projet. Le scénario envisagé est le suivant. Un « panier RAC 0 » avec des « prix encadrés par des prix plafonds », qui devra être accessible à tous les Français dans tous les magasins. Il continuera par ailleurs d’exister des offres « hors panier RAC 0 » dont les prix seront « libres » et dont les niveaux de garanties seront « encadrés par les plafonds des contrats responsables ». Une évolution de ces plafonds est en cours de négociation, à laquelle nous voulons être associés », précise le Rof.

Et de poursuivre : « Il a été réaffirmé qu’une prise en charge AMO serait maintenue sur les deux types d’offres mais qu’elle serait plus importante sur le panier RAC 0. En l’absence d’éléments plus précis, la promesse de la ministre d’une répartition équilibrée des efforts financiers ne nous semble pas tenue.
Par ailleurs la DSS a confirmé sa volonté de mettre en place des indicateurs portant sur la qualité de la prestation de l’opticien lors de la présentation et de la réalisation des offres RAC 0. Ces indicateurs de qualité seraient intégrés au cahier des charges du futur « label opticien R ». Nous avons obtenu que le projet de labellisation puisse être discuté lors d’une prochaine réunion de la concertation ».

« Enfin, concernant la nomenclature des codes LPP proposée par la DSS, nos interlocuteurs ont indiqué que tous les éléments qui y étaient contenus sont ouverts à la discussion. Il semblerait, au vu des propos tenus par la Directrice de la Sécurité Sociale, que les prérogatives données aux opticiens par les décrets de 2007 et 2016 ne soient plus remises en cause », rassure le syndicat.

« Pour le moment, nous avons constaté une volonté d’échanges et d’évolutions des propositions de la part de la DSS. Pour autant, nous restons extrêmement mobilisés sur tous les points qui risquent de mettre à mal la santé visuelle des Français, comme la fréquence et les conditions de renouvellement, les deux ordonnances requises lors du renouvellement, la suppression de la possibilité d’adapter, etc... Dans les jours à venir et en prévision des prochaines réunions avec la DSS, nous allons, avec l’ensemble des organisations professionnelles, formuler de nouvelles propositions sur le projet et la nomenclature. Il nous paraît néanmoins impossible de concevoir une nouvelle grille de code LPP sans transmission par la DSS des nouvelles conditions tarifaires », indique le Rof.

Et de conclure : « Nous défendrons une vision constructive du RAC 0, en veillant à ce que cette réforme améliore la santé visuelle des Français et non le contraire. Nous continuerons à tenir informés les opticiens de l’avancée des discussions ».

Écrit par la Rédaction
Aucun vote pour le moment
Réagissez !
1 commentaire
Identifiez-vous pour poster des commentaires

Mag Mag
POURQUOI NE PAS REFLECHIR SUR UN ZERO RESTE A CHARGE POUR LES COTISATIONS DES ASSURES? LES ASSURANCES ET AUTRES MUTUELLES (RENDUES OBLIGATOIRES AU DÉPEND DE L'AUGMENTATION DES SALAIRES) REPRESENTENT UN COÛT SUPÉRIEUR A CELUI D'UNE PAIRE DE LUNETTES. NON? QUOI QU'IL EN SOIT ON VA SE FAIRE PLUMER........!!! encore et encore.
Les dernières annonces...
Pratique
Sondage

En tant qu'opticien dirigeant, quelle est votre source de stress prioritaire ?

Total des votes : 204

Identification