Profession

« RAC 0 » : « la réforme est loin des promesses du candidat Macron », dénonce le député B. Potterie

Average: 5 (3 votes)

potterie.pngElu en juin dernier, député LREM de la 8ème circonscription du Pas-de-Calais (62), Benoît Potterie, opticien Krys, a suivi avec attention la teneur des discussions entre la filière et la Direction de la Sécurité sociale (DSS).

A l'heure où les négociations se terminent sur le reste à charge zéro, ce dernier nous a fait part de ses inquiétudes. « Cette réforme est loin des promesses du candidat Emmanuel Macron que j’ai soutenu. Elle ne fait que des perdants : opticiens, industriels français de la filière et surtout les porteurs avec une baisse des remboursements et la complication du renouvellement », explique-t-il.

Alerté par les professionnels de la filière devant « l’impossibilité » de faire entendre leurs arguments lors des réunions de travail, Benoît Potterie a interpellé le Président de la République et le ministère. Le député a rappelé ainsi les principes du mouvement La République En Marche, basés sur l’expertise des professionnels du terrain « pour construire des réformes efficaces et pragmatiques ».

Réponse de l’Elysée (voir le document ci-dessus à droite) : « Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé, a confié à la Direction de la Sécurité sociale (DSS) le pilotage du chantier reste à charge zéro ». « Sans parler du fond, je suis extrêmement déçu de la réponse de l’Elysée qui renvoie à la DSS, alors que notre programme de campagne était de faire les réformes par les gens de terrain ! Dans le cas présent, l’administration ressort ses vieilles ficelles ! Nous ne sommes pas élus pour mettre en place la politique des fonctionnaires des ministères ! De nombreux députés de la majorité et de l’opposition sont contre cette réforme ; il est dommage que le gouvernement ait changé la procédure pour que cela ne passe pas par l’assemblée », commente Benoît Potterie. 

Et d’ajouter : « J’ai à cœur de veiller à ce que la réforme ne déconstruise pas le modèle actuel et l’équilibre économique des professionnels de l’optique tout en s’assurant d’une qualité de soins accrue pour les porteurs de lunettes ». 

Rappelons que la concertation sur le reste à charge zéro n'est pas terminée. Une nouvelle réunion dont Acuité vous tiendra informés, est prévue vendredi 25 mai. Les syndicats peuvent apporter leurs commentaires, jusqu'au 28 mai, avant l'avis de la Haute Autorité de Santé (HAS) et l'annonce des décisions par le ministère de la Santé.

Réagissez !
5 commentaires
Identifiez-vous pour poster des commentaires

Mag Mag
Députe opticien, mais comment fait-il? Moi j'envisage opticien carreleur... Il pensait vraiment que Macron allait rembourser des Chanel avec le Blue UV à 70% de marge?
Tonnoir Bruno
M. Potterie va t'il avoir les couilles pour rendre son mandat ou changer de groupe politique et ras le bol de ces opticiens qui n'ont pas fait un montage depuis longtemps , il faudrait changer la loi , un opticien ne devrait posséder qu'un magasin ,fini les marchands de lunettes
Philippe R Magritte
M. Potterie découvre la politique ou du moins la différence qu'il y a entre une promesse de campagne et la mise en application de cette promesse une fois élu. Effectivement, le président et la ministre s'assoient sur leur(s) promesse(s) et bottent en touche "c'est pas nous, c'est la DSS " lorsque nous jouons notre rôle d'expert du terrain. En fait, ce qui change avec ce gouvernement, c'est que rien ne change!
Alain Jacquey
Il n'y a pas 36 solutions, mais qui aura les cojones de le faire: DECONVENTIONNEMENT MASSIF DE LA PROFESSION!!
Les dernières annonces...
Pratique
Elles Proposent
Identification