Profession

« RAC 0 » en optique : les parlementaires alertent la ministre de la Santé sur les conséquences de la réforme  

Average: 4.3 (4 votes)

Sollicités par un certain nombre d’entre vous, les parlementaires, députés et sénateurs de tous bords ont exprimé ces dernières semaines, leurs inquiétudes autour de la concertation « RAC 0 ». 

Après avoir alerté la ministre des Affaires sociales et de la Santé, Agnès Buzyn, sur les précédentes mesures de la réforme « RAC 0 » : le renouvellement des lunettes tous les 3 ans, la certification des opticiens…, 2 députés soulignent cette fois les conséquences de l’avis de projet de réforme par le biais des questions écrites. 

Selon le texte publié récemment au Journal Officiel (JO), le renouvellement des verres serait permis au terme d’une période minimale d’un an qu’en cas notamment de variation d’au moins 0,5 D de l’addition, de la sphère ou du cylindre. Une mesure particulièrement inquiétante pour Cécile Muschotti, députée de la deuxième circonscription du Var (83) : « Le projet de réforme suscite actuellement de nombreuses inquiétudes, sur les plans sanitaire et économique : sur le plan sanitaire, le texte proposé par le Gouvernement prévoit notamment que le renouvellement des équipements visuels ne sera pris en charge que pour des baisses d'acuité visuelle très significatives. Cette réforme ne répondra pas aux difficultés des dizaines de millions de Français souffrant de problème de vue ».

Sur le plan économique, Cécile Muschotti, juge « les tarifs que le Gouvernement souhaite fixer pour les verres intégrés dans l'offre reste à charge 0 insuffisants au regard de la qualité exigée ». 

De son côté, Ian Boucard, député dans la première circonscription du Territoire de Belfort (90), a fait part à la ministre des Affaires sociales et de la Santé, Agnès Buzyn, des inquiétudes des opticiens. Ces derniers « redoutent dans cette réforme, que la place prise par les complémentaires santé au sein de l'optique crée une trop grande différence de traitement dans la prise en charge des patients. Les clients se tourneront naturellement vers l'offre RAC 0 intégralement remboursée et ignoreront l'offre libre qui sera de moins en moins remboursée ». 

Et de poursuivre : « ce système favorise les professionnels qui répondront au volume d'ordonnances traitées au détriment de la qualité de prise en charge sous peine de malus sur les remboursements octroyés aux patients. Outre le fait que ce projet interroge sur la qualité des soins et le service aux personnes, c'est aussi en tant qu'acteurs de santé publique que les opticiens-lunetiers se sentent stigmatisés ». 

Votre site acuite.fr vous tiendra informé des réponses données à ces questions écrites publiées au Journal Officiel (JO) mardi 8 mai, ainsi que de la suite de la concertation.

Écrit par la Rédaction
Average: 4.3 (4 votes)
Réagissez !
Identifiez-vous pour poster des commentaires
Les dernières annonces...
Pratique
Sondage

Comment voyez-vous l’évolution de votre métier après le « RAC 0 » ?

Total des votes : 1491

Identification