Profession

Délégation de tâches : les protocoles généralisés à tout le pays en 2015 ?

Average: 5 (1 vote)

Entre octobre 2013 et mars 2014, 798 patients des Pays-de-la-Loire ont participé à deux nouveaux protocoles permettant de réduire le délai d’attente de plusieurs mois à quelques jours. Reçus par un orthoptiste qui réalise les mesures, leur dossier est analysé en différé par l’ophtalmologiste, qui rédige l’ordonnance dans un délai de 8 jours. Ce modèle, récemment validé par le collège des financeurs de l’Assurance maladie, devrait rapidement se généraliser à l’échelle nationale avec un tarif défini de 23 euros. Le ministère de la Santé doit maintenant publier un arrêté ministériel pour autoriser son financement par la Sécurité sociale.

protocole_ortho_ophta.png

Des délais d’attente diminués de deux mois

Aidé d’un ou plusieurs orthoptistes, l’ophtalmologiste peut se consacrer aux urgences et aux pathologies, tout en assurant sa mission de prévention. Selon un sondage Snof-Ifop*, 3 Français sur 4 plébiscitent ce modèle et 80% seraient même d’accord, à titre personnel, pour être vus par un orthoptiste dans le cadre d’une visite de suivi entre deux examens. « C’est efficace et, dans mon cabinet, cela nous a permis de diminuer les délais d’attente d’environ deux mois », précise le Dr. Jean-Bernard Rottier, ancien président du Snof (Syndicat national des ophtalmologistes de France). Nous restons les garants de l'organisation vis-à-vis des autorités sanitaires. Sur un millier de dossier, seuls 34 patients ont été de nouveau convoqués pour un rendez-vous sous 8 jours ».

Favoriser l’accès du secteur 1 à la délégation de tâches

Pour le Snof, « la généralisation du travail aidé est un chantier majeur : ce système est de plus en plus adopté par les ophtalmologistes libéraux (environ 25% actuellement). Mais il repose malheureusement sur un modèle économique inaccessible aux médecins conventionnés en secteur 1 ». Son président, le Dr. Thierry Bour plaide pour « donner au secteur 1 les moyens de s’impliquer dans la délégation de tâches, en leur proposant des financements adaptés. C’est une condition sine qua non pour garantir un accès durable aux soins oculaires à tous les Français ».

* Échantillon de 1000 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. Les interviews ont eu lieu par questionnaire auto-administré en ligne (CAWI - Computer Assisted Web Interviewing), du 18 au 25 septembre 2014.

Réagissez !
1 commentaire
Identifiez-vous pour poster des commentaires

Laure Barbier - Maugard
On parle de délégation de tâches ...pourquoi pas si les orthoptistes ont une réelle formation en optométrie et sont capables d'aller plus loin que les mesures trouvées par l'autoréfracto... sur le terrain malheureusement on constate trop souvent que ce sont de simples secrétaires qui effectuent les mesures de la vision, l'adaptation lentilles et même les champs visuels...
Les dernières annonces...
Pratique
Sondage

Votre magasin est-il équipé d’une solution de prise de mesures électroniques ?

Total des votes : 623

Identification