Profession

« Oui » aux nouvelles compétences pour les opticiens ! Interview du Dr. Thierry Bour (Snof)

Average: 1 (1 vote)

L’ouverture et les délégations de tâches vers les opticiens deviennent nécessaires et inévitables ! Si les ophtalmologistes se montrent désormais optimistes vis-à-vis de la prise en charge de la santé visuelle des Français pour les années à venir, les besoins ne cessent d’augmenter en raison du vieillissement de la population. Une situation qui nécessite de trouver de nouvelles solutions, au-delà des protocoles de coopérations avec les orthoptistes ou encore de l’augmentation des postes d’internes en ophtalmologie.

« Nous avons demandé d’élargir le dispositif de renouvellement sur la base d’une ordonnance de moins de 3 ans aux lentilles de contact, sous réserve d’un encadrement sérieux. Nous pouvons également envisager de moduler la durée de validité d’ordonnance en fonction de l’âge », nous a confié le Dr. Thierry Bour, président du Syndicat national des Ophtalmologistes de France, lors du 121ème congrès de la SFO.

Ces demandes ont été rédigées par l’organisation professionnelle dans le cadre de la mission confiée par le ministère de la Santé à l’Inspection générale des Affaires sociales (Igas). Objectif : formuler des propositions pour réduire les délais de rendez-vous chez les spécialistes, en établissant un plan d’action pour notre filière de santé visuelle. Les premières mesures concrètes devraient être transmises dès la fin du mois à la ministre Marisol Touraine, et le rapport publié courant juin. Elles pourraient intégrer rapidement le projet de loi Santé, actuellement en attente au Sénat.

Voir aussi : Quelles évolutions législatives à venir pour notre filière ? Le point avec le Dr. Thierry Bour (Snof)

Réagissez !
2 commentaires
Identifiez-vous pour poster des commentaires

Olivier Touret
Pour être clair, je suis contre le fait qu'on nous interdise de faire des lunettes sans ordonnance alors que cela est parfois nécessaire. Cependant il existe un danger à recréer un cadre juridique pour la délivrance de lunettes sans ordonnance. Si le texte est "bien" tourné, il est possible que les ocam l'utilisent comme point d'ouverture pour mettre en place un système sans sécu donc sans règlementation autre que le desiderata des ocam. Il faut donc être vigilant sur ce qui est proposé (et maintenir qu'une vente sans ordonnance ne soit pas remboursable).
Dominique Gras
Ca fait 40 ans cette année que je fais des examens de vue et de la contacto gracieusement, elle en a fait des économies la sécu ! et sa ministre me martyrise ,quelle reconnaissance! ou alors , quelle ignorance du sujet traité ? ou alors ...une privatisation du système par les mutuelles?
Les dernières annonces...
Pratique
Sondage

Quelle est la variation de votre chiffre d'affaires sur le mois de juillet 2021 par rapport à juillet 2019 ?

Total des votes : 43

Identification