Du 12 au 23 mai, Acuité vous a proposé 8 entretiens avec les dirigeants de centrales d’achats et de paiements, après avoir donné la parole aux enseignes. La Centrale des opticiens (CDO), Club OpticLibre, Groupe All, Groupe One, Inoptic, Luz optique, Vogue Diffusion Optique (VDO) et Cercle Optique ont composé les étapes de notre série.

Soutien indéfectible des indépendants pendant la crise, les centrales nous ont expliqué comment elles ont soutenu leurs adhérents et quelles clés elles leurs ont données pour réussir leur reprise. Voici ce que l'on peut en retenir.

Marc Klein – Centrale des opticiens (CDO)

Le nouveau directeur de la CDO pense que le marché de l’optique « pourrait ré-atteindre un niveau standard en 2021 » s’il n’y a pas de seconde vague. En revanche, Marc Klein craint pour la trésorerie des opticiens l’année prochaine, notamment du fait de la pénurie d’ordonnances qui s’annonce. Concernant l’avenir, « la CDO a un plan stratégique sur 3 ans sur différents axes, y compris l’audio ».

Retrouvez l’interview complète en cliquant ici.

Jean-Luc Sélignan – Club OpticLibre

Le président de la centrale estime que, dorénavant, « le monde effraie le monde », et que les porteurs privilégieront l’opticien indépendant, de proximité, même s’il n’exclut pas des défaillances dans les mois à venir. Aussi, la santé prendra le dessus sur le business : « L’opticien indépendant qui met en avant son côté professionnel de santé sera plus écouté que celui qui proposera simplement une offre commerciale. »

Retrouvez l’interview complète en cliquant ici.

Stéphanie Dangre – Groupe All

« Nous avons été solidaires de l’ensemble de la filière », affirme la présidente de Groupe All. La centrale a ainsi payé tous ses fournisseurs et répondu favorablement à la quasi-totalité des demandes de reports d’échéances de ses adhérents. Groupe All a aussi profité de la période pour accélérer son développement de l’omnicanalité. « Personne ne propose une telle offre digitale, même chez les enseignes. »

Retrouvez l’interview complète en cliquant ici.

Christian Rothacker – Groupe One

Groupe One a suspendu pendant 1 mois toutes ses facturations, « pour soulager nos opticiens ». Mais a continué de payer ses fournisseurs. Christian Rothacker estime que la crise sanitaire a « renforcé l’utilité » des opticiens, favorisant la reprise d’activité. Pour la suite, le président de la centrale pense que « tous les commerces, dont l’optique, retrouveront leur vitalité dans 4 à 5 ans ».

Retrouvez l’interview complète en cliquant ici.

Caroline Bossard - Inoptic

Avec moins de magasins adhérents (une cinquantaine), Inoptic a joué la carte de la communication entre tous, avec notamment un groupe Whatsapp où tous les opticiens échangeaient. « Voir ses camarades accomplir les choses, ça booste », assure la directrice d’Inoptic. « On réfléchit mieux à 10, 20 ou 30 que seul dans son coin. » Caroline Bossard voit aussi que les pratiques évoluent et que le digital occupe une place grandissante dans la communication.

Retrouvez l’interview complète en cliquant ici.

Arnaud Bazin – Luz Optique

Le directeur général adjoint de Luz Optique constate des résultats « globalement satisfaisants » depuis la reprise mais un flux de clients en baisse par rapport à la même période l’an dernier. Arnaud Bazin se réjouit néanmoins que l’optique reprenne « nettement plus rapidement que les autres commerces traditionnels ». Mais la crise amènera, à terme, « une baisse du panier moyen ».

Retrouvez l’interview complète en cliquant ici.

Mathieu Moise – Vogue Diffusion Optique (VDO)

Le directeur général de la centrale remarque que « certains [adhérents] étaient perdus, il a fallu les accompagner ». Cela a été fait avec succès au vu de la belle reprise : « Certains nous indiquent avoir déjà rattrapé 2 semaines perdues pendant le confinement. » Un des défis de l’opticien indépendant est désormais de se servir des outils digitaux pour rattraper leur « déficit de puissance de communication par rapport aux enseignes ».

Retrouvez l’interview complète en cliquant ici.

Benjamin Zeitoun – Cercle Optique

La centrale est venue en aide à ses adhérents, mais aussi à l’ensemble de la profession : « Tous les opticiens qui le désiraient pouvaient s’approvisionner en masques, gel hydroalcoolique, etc. auprès de Cercle Optique. » Pour l’après-crise, le directeur général de la centrale invite les opticiens à « s’adapter », car « les habitudes d’achats des clients vont évoluer ».

Retrouvez l’interview complète en cliquant ici.