Profession

Télémédecine : Les ophtalmologistes de Point Vision expérimentent les protocoles de coopération

Télémédecine : Les ophtalmologistes de Point Vision expérimentent les protocoles de coopération
Average: 5 (4 votes)

Les centres Point Vision créés en 2012 par le Dr. François Pelen et ses associés Patrice Pouts et Raphael Schnitzer, sont des cabinets aidés. Les patients peuvent obtenir rapidement un rendez-vous pour un examen visuel.

Lors d'une conférence de presse, le Dr. François Pelen, a abordé plusieurs sujets dont les protocoles de coopération ophtalmologistes/orthoptistes. Sont concernés les patients de 6 à 49 ans qui demandent une consultation pour un renouvellement de lunettes. Objectif : pallier le manque de spécialistes et réduire le délai d’attente de plusieurs mois à quelques jours*.

Le groupe Point Vision réalise ces protocoles expérimentaux à Poitiers (86) et Dunkerque (59). Dans ces deux centres médicaux, l'ophtalmologiste n'est pas nécessairement sur place au moment de la consultation par l'orthoptiste salarié du cabinet qui réalise les mesures. Le dossier est analysé en différé par le praticien. A Voiron (38), l'expérimentation est légèrement différente. Les patients sont vus par l’orthoptiste qui, après examen de vue, télétransmet le dossier comprenant des photos du fond d’œil par voie électronique à l'ophtalmologiste de Grenoble (38). Le groupe Point Vision dématérialise donc les protocoles de coopération. « Si aucun problème n'est diagnostiqué, l’ophtalmologiste édite l’ordonnance qui doit être envoyée au patient dans les 8 jours suivant l’examen », rappelle, le Dr. François Pelen. Dans le cas contraire, le praticien ne délivre pas l’ordonnance et convoque la personne.

Pour le fondateur de Point Vision, le décret sur les orthoptistes attendu avant la fin du mois de novembre, devrait confirmer ce dispositif. « Il est probable qu’avec le décret, on puisse faire des protocoles au sein des centres et élargir ce type de pratique », fait-il savoir.

Ces protocoles expérimentaux sont mis en place depuis 2 ans au niveau national, dans le cadre de l’article 51 de la loi HPST. « Cette expérimentation ne peut être installée qu’à partir du moment où l’Agence Régionale de Santé (ARS) établit une autorisation écrite après validation de la Sécurité sociale », conclut le Dr. François Pelen. Le client est remboursé au tarif de 23 euros par la Sécurité sociale.

*Rappelons qu’entre octobre 2013 et mars 2014, 798 patients des Pays-de-la-Loire ont participé à ces protocoles permettant de réduire le délai d’attente de plusieurs mois à quelques jours.

Quelques chiffres sur le groupe Point Vision :

  • 21 centres sur toute la France.
  • Le chiffre d’affaires est passé de 5 millions d'euros en 2013 à 35 millions en 2016. 100 millions d'euros seraient attendus en 2019 avec une cinquantaine de centres ouverts.
  • La promesse de délais de rendez-vous réduits est tenue : Ils n'excèdent pas 15 jours. En Ile-de-France, le patient peut obtenir un rendez-vous en 2 jours, selon le Dr. François Pelen.
  • 180 ophtalmologistes prennent en charge les patients dans les centres Point Vision – dont une quarantaine à temps complet. 120 orthoptistes travaillent aux côtés des praticiens.  

Réagissez !
Identifiez-vous pour poster des commentaires
Les dernières annonces...
Pratique
Sondage

Votre magasin est-il équipé d’une solution de prise de mesures électroniques ?

Total des votes : 563

Identification