Profession

Le Cepof appelle à davantage d’union dans la profession

Le Cepof appelle à davantage d’union dans la profession
Aucun vote pour le moment

A l’occasion du dernier jour du Silmo, le Cepof (le Cepof se veut être la base d’un futur Conseil de l’Ordre des Opticiens) a organisé un point presse pour revenir sur son rôle et ses ambitions. Selon son président, que nous avons interrogé, Philippe Cotin, « le gros problème de la profession, c’est le manque d’union et de concertation... »

Il en veut pour preuve la création du Comité des sages que le Cefop a appelé de ses vœux et que nos syndicats plébiscitaient aussi. « Finalement, suite à la création de ce comité, aucun syndicat ne nous a contacté pour avoir l’avis des Sages, contrairement à ce qu’ils nous avaient assuré avant sa création… »

Pourtant, comme le rappelle Philippe Cotin, cet organe a un rôle utile pour l’ensemble des opticiens français, « puisqu’il réfléchit aux moyens à mettre en œuvre pour redorer l’image de notre profession ». Parmi les sujets de réflexion :

- Le tiers-payant : pour le Comité des sages, ce remboursement devrait être revu, pour que le porteur ait toujours quelque chose à régler de sa poche, pour mieux le responsabiliser et le sensibiliser aux questions de santé visuelle.
- Les réseaux : le Cepof estime toujours qu’il faut les refuser et rester unis sur cette question.
- Les promotions : les sages souhaitent interdire toute forme d’offres commerciales qui proposerait une ou deux paires de lunettes gratuite. Pour Philippe Cotin, « elles nous ont fait perdre beaucoup en crédibilité. » Le Comité entend d’ailleurs exiger de l’Etat que la loi interdisant ces promotions sur des produits médicaux remboursés par la Sécurité sociale soit effectivement appliquée.
- La formation : l’idée d’un diplôme d’opticien en 3 ans (niveau licence), avec des épreuves éliminatoires pour l’examen de vue et la prise de mesures, est soutenue.
- La gestion des magasins d’optique : le Comité veut aussi aller au-delà de la Loi Hamon en demandant aux autorités publiques que le mandataire social d’un magasin d’optique ait bien un diplôme réglementaire pour être responsable devant les chambres de commerce et d’industrie et la Sécu.
- La lutte contre la fraude : les sages souhaitent que les enseignes sanctionnent davantage les fraudeurs.

 

Rappelant le sondage de la CD0 indiquant qu’une majorité d’opticiens souhaite un syndicat unique pour les représenter, Philippe Cotin a rappelé que le Cepof y était favorable. Ainsi un rapprochement avec l’UDO, la Fnof et le SynOpe pourrait être envisagé, estimant aussi qu’avec les initiatives comme celle de la Filière d’excellence, « ça va dans tous les sens, sans concertation… C’est un problème si on veut agir et être entendu ensemble. Si ça continue, nous allons devenir une profession de service, ce serait vraiment dommage », a conclu Philippe Cotin.

Voir ou revoir également les conseils de Natali Maroun, gestionnaire de crise, sur l’organisation et l’efficacité d’une communication en période de crise. 

Réagissez !
1 commentaire
Identifiez-vous pour poster des commentaires

Pierre Jean
bjr
- pour l'entente , on est d'accord
-pour les 2 et 3 eme paires aussi
- pour la pub , j irai plus loin : puisque la sécurité sociale rembourse les lunettes ainsi que la complémentaire et pour étre équitable entre opticiens , elle devrait tout simplement être interdite
Les dernières annonces...
Pratique
Sondage

Quelle est la variation de votre chiffre d'affaires (CA) sur le mois de juillet par rapport à l'année dernière ?

Total des votes : 482

Identification