Santé

Santé visuelle : Les Français réclament plus de coopérations entre les professionnels de la vue

Santé visuelle : Les Français réclament plus de coopérations entre les professionnels de la vue

Au centre : Jean-Daniel Lévy, directeur du département politique et opinion Harris Interactive, et Gérard Mermet, sociologue et directeur de la Francoscopie, présentent les résultats de l'étude en ouverture des Etats Généraux de la Santé Visuelle, organisés par la Mutualité Française.

© Acuité 2015
Aucun vote pour le moment

Près de 50% des Français jugent compliqué de s’orienter entre les différents professionnels en matière de santé visuelle, peinant parfois à comprendre le rôle de chacun d’entre eux. Ils sont ainsi 70% à considérer qu’il n’y a pas suffisamment de coopérations entre les différents professionnels de la filière. Et face à la pénurie d’ophtalmologistes perçue par 83% de nos concitoyens, les personnes interrogées seraient prêtes à accepter des coopérations professionnelles des ophtalmologues vers :

  • les optométristes (75%),
  • les orthoptistes (74%),
  • et les opticiens (63%).

C’est résultats, issus d’une étude Harris Interactive pour la Mutualité Française*, sont d’autant plus soutenus dans l’hypothèse d’une collaboration au sein d’un même cabinet. Aussi, 89% des Français se montrent favorables à une formation plus poussée des opticiens pour qu’ils aient davantage de compétences en matière d’examens de la vue.

Les « pour » et les « contre »

Pour les répondants, les conséquences potentielles de la délégation de tâches peuvent s’avérer positives mais aussi négatives : elle aurait pour effet, selon eux, de réduire le temps d’attente pour avoir rendez-vous chez les ophtalmologues (84%), voire de réduire les dépenses de santé (59%), mais 4 sondés sur 10 anticipent une détérioration des soins et 55% une complication dans la détection des pathologies oculaires.

Au  final,  après  s’être  positionnés  sur  ces  aspects,  les  Français  apparaissent  finalement  partagés :

  • 49% préféreraient attendre plus longtemps et voir seulement un ophtalmologue,
  • 50% souhaiteraientavoir rendez-vous plus vite, avec des examens techniques réalisés par un autre professionnel paramédical.

« La  délégation  de  tâches  se  situe  aujourd’hui  à  un carrefour dans les  représentations  :  conceptuellement, elle suscite  des  réserves car elle peut  donner  le sentiment d’une confusion, d’un mélange voire d’une atrophie de compétences des uns au profit d’autres, explique l’étude.  Face  à  un  principe  de  réalité  qu’est  la  situation d’engorgement que personne ne conteste, cette délégation  est  cependant  perçue comme déjà existante dans  certaines  situations  ou  territoires,  nécessaire  et  acceptable  à  condition  que  l’ophtalmologue  soit conforté dans son rôle central et que les zones d’intervention respectives et les conditions de contrôle soient bien explicitées ».

Une information en santé visuelle jugée déficitaire

Car, si 71% des Français déclarent faire attention à leur santé visuelle, une large majorité (59%) estime néanmoins que l’information en matière de santé visuelle est déficitaire. « L’approche est souvent jugée plus curative que préventive », souligne l’enquête. Pour améliorer la santé visuelle, la confiance des Français s’exprime principalement envers les professionnels de santé, au premier rang desquels les ophtalmologues (83%), devant les opticiens (64%) et les orthoptistes (62%).

A noter également : la  satisfaction  globale  concernant  la  santé  visuelle  en  France  est  mitigée. Certains points sont jugés satisfaisants comme :

  • la qualité des équipements(79%),
  • la détectiondes troubles visuels (66%) ou des pathologies oculaires (54%).

D’autres sont toujours la cause de désagréments comme :

  • le coût (22%),
  • et le remboursement des équipements (21%).

« De leur côté, les professionnels de la santé visuelle rencontrés déplorent à la fois le  sentiment  de  « gratuité »  de  la  santé  en  France,  favorisant  selon  eux  les  abus,  et  les  comportements  de personnes donnant la priorité à d’autres postes de dépense, au détriment de leur yeux », soulignent les auteurs de l’étude.

Et les réseaux de soins dans tout ça ?

L’enquête, commandée par la Mutualité Française, explique en outre que « les Français appréhendent positivement les réseaux d’opticiens agréés par les complémentaires santé ». Selon les résultats, ils sont 90% à estimer que « c’est une bonne chose et qu’ils facilitent l’accès de tous aux équipements ».

« Les personnes interrogées se sont également montrées favorables à des propositions régulatrices concernant la responsabilisation des patients, à travers la généralisation du dépistage (94%) ou, dans une moindre mesure, le remboursement échelonné (remboursement moins important des équipements d’un patient qui en changerait tous les ans, et non tous les deux ou trois, en l’absence d’évolution de la vue) pour éviter le renouvellement trop fréquent des équipements (61%) », concluent les auteurs.

*Enquête qualitative et quantitative réalisée du 7 au 29 octobre 2015 auprès des professionnels et du grand public.

 

Réagissez !
5 commentaires
Identifiez-vous pour poster des commentaires

Philippe Levasseur
Encore une fois, la présentation des faits est totalement biaisée, on met en positif la satisfaction aux équipements, ce qui me semble logique avec 79% de réponses, mais alors pourquoi mettre en négatif les 21% d'insatisfaits des remboursements alors que les chiffres sont identiques? et les 22% qui trouvent les prix trop élevées. Mauvaise foi et manipulation sont bien les deux mamelles de la mutualité.
Philippe Levasseur
La remarque des professionnels concernant le renouvellement tous les ans à probablement été faite avant le vote de la loi sur les contrats responsables, ou bien les professionnels interrogés étaient totalement ignorants de la réalité des faits et dans ce cas quel crédit apporter à leurs avis ?
Philippe Levasseur
Comme il est surprenant que cette étude, commandée par la mutualité, montre l'attrait des réseaux pour les consommateurs dont l'information sur ce sujet se réduit principalement à la propagande mercantile des Ocams. On notera toutefois que 79% des personnes interrogées sont satisfaites de leurs équipements, de mémoire des études faites à l'étranger ne donnent pas un tel taux de satisfaction, d'autre part seulement 22% se plaignent du prix, 21% des remboursements. Ce qui signifie que 78% ne se plaignent pas des prix et 79 trouvent les remboursements corrects. Il serai naturellement nécessaire également de connaître la teneur exacte des questions posées, car elles peuvent influer fortement sur les réponses obtenues.
Michel Deblais
Comment 75% et 74% de ces français, sondés pour cette étude, peuvent s'orienter vers des optométrisres ou des orthoptistes, quand seulement 5% des français connaissent les fonctions exactes de ces deux métiers, et que ,sauf erreur grossière, la profession d'optométriste n'est pas reconnue en France ?????? ....ou comment ménager la susceptibilité des ophtalmos?
Comment ne pas avoir un sentiment de "négligeance" quand un cabinet d'ophtalmo se transforme en usine et en pompe à fric, quand du personnel non qualifié fait des examens et que le médecin passe moins de 2mn avec le patient.
Quand aux réseaux,comment ne pas y voir le phénomène très politico-économique d'"uberisation" à la mode,celui qui permet aux politiciens de ne pas trop réfléchir et de se persuader qu'ils ménagent leur bonne conscience
Clemence Van Vynckt
Ici encore, on démontre que le parcours du consommateur en lentilles de contact est difficile de compréhension et peu accessible.
Ceci prouve bien que l'AFELC a une véritable place à prendre dans le paysage actuel de la santé visuelle !
Plus d'informations sur : [...]


Les dernières annonces...
Pratique
Identification