Ocam

Réseaux fermés et qualité des soins : Santéclair sur la défensive

Aucun vote pour le moment

Attaquée par de nombreux professionnels de l’optique d’une part et les chirurgiens-dentistes d’autre part, Santéclair répond en publiant les résultats d’une enquête satisfaction, réalisée en juin 2014, auprès de ses assurés. Le principe des réseaux fermés ayant été remis en cause dans le cadre du dernier baromètre Ipsos pour Krys Group, la plateforme de services a apparemment ressenti le besoin de se justifier sur la qualité des soins apportés à ses bénéficiaires.

Un manque de transparence reproché aux réseaux fermés

Pour mémoire, les Français sondés par Ipsos ne comprennent pas bien la raison d’être des réseaux fermés et estiment que leur mode de fonctionnement manque de transparence. 68% d’entre eux considèrent même que les critères utilisés pour accepter ou refuser qu’un opticien fasse partie d'un réseau ne sont pas clairs. Ainsi, 6 répondants sur 10 affirment que leur mutuelle n’a pas de légitimité à jouer un rôle dans le choix de leur opticien ou de leur équipement, et 66% se disent défavorables à ce que le montant de remboursement soit moindre lorsqu’ils achètent leurs optiques chez un professionnel non-agréé. A l’opposé, seul 1/3 soutient cette mesure (34%).

Face à ces résultats, Santéclair expose une tout autre logique : « Les bénéficiaires de nos réseaux ont pleinement intégré les avantages qu’ils peuvent tirer de nos services, avec des taux d’utilisation qui atteignent 80% sur certains contrats. La fréquentation de nos réseaux a été multipliée par 55 en optique, par 20 en dentaire, et par 3 en audioprothèse par rapport à leur niveau d’utilisation lors de leur première année d’existence ».

Santéclair répond par un taux de satisfaction élevé

Dans son réseau optique, « l’amabilité du personnel a été jugée bonne ou très bonne dans 93% des cas, continue la plateforme de services. Le taux de satisfaction est de 91% pour la clarté des explications sur les verres et les montures, de 89% pour la qualité de l’équipement délivré, de 88% pour l’étendue de choix des montures ou encore de 83% pour l’évaluation du rapport qualité prix. Près de 70% des personnes interrogées dans cet échantillon (soit plus de 700 personnes) estiment par ailleurs avoir payé moins cher ou beaucoup moins cher leur équipement en privilégiant un professionnel partenaire (26% indiquant ne pas savoir répondre à cette question) ».

Aussi, Santéclair se dit convaincue que « de plus en plus d’usagers ayant accès à des réseaux de praticiens partenaires (dentistes, opticiens et audioprothésistes notamment) se prévalent de cette possibilité et s’en félicitent, quand bien même nos détracteurs dépensent temps et argent à essayer de les convaincre que cette option n’a pas d’intérêt ».

La guerre des statistiques semble donc ouverte. Dans tous les cas, comme vous le savez, il faut toujours se méfier de certains sondages. Il est possible de leur faire dire ce qu’on souhaite, ne serait-ce qu’en posant les questions qui arrangent.

*Enquête réalisée par People Vox auprès de 1 017 assurés pour l’optique, 370 pour le dentaire.

Écrit par la Rédaction
Aucun vote pour le moment
Réagissez !
1 commentaire
Identifiez-vous pour poster des commentaires

As Leroux
Je déteste autant les réseaux qui nous pourrissent la vie qu Hollande, ç est vous dire...:-) vive les opticiens indépendants !
Les dernières annonces...
Pratique
Sondage

Votre magasin est-il équipé d’une solution de prise de mesures électroniques ?

Total des votes : 623

Identification