Profession

Reste à charge zéro en optique : la concertation aura-t-elle lieu ?

Average: 5 (1 vote)

Les organisations professionnelles représentant les opticiens-lunetiers ont été reçues le 9 mars par la Direction de la Sécurité Sociale (DSS) dans le cadre de la future réforme du reste à charge zéro (RAC 0). Pour en savoir plus, acuite.fr a contacté en personne les représentants des différents syndicats*.

Si ce rendez-vous devait aborder les orientations de la réforme, nourries des propositions adressées par le Rof, la Fnof et le Gifo fin janvier, il s’est finalement limité à la présentation d’une révision de la nomenclature de la liste des produits et prestations (LPP).

C’est pourquoi dans un communiqué commun, envoyé dans la soirée du 13 mars, les syndicats de la filière optique s’étonnent d’une voix unanime de ce changement de méthode : « Si la mise en place du RAC 0 pourrait nécessiter une réforme de la nomenclature, celle-ci ne pourra être travaillée qu’une fois les orientations de la DSS partagées », estiment la Fnof, le Rof et le Gifo qui « ont fait part à Madame la ministre Agnès Buzyn de leurs inquiétudes et de leur mécontentement, mais également de leur volonté sincère de travailler ensemble ».

« La réunion du 9 mars s'est déroulée selon une méthode qui diffère complètement des propositions de la ministre de la Santé au moment du lancement de la concertation fin janvier. Ce que nous ne pouvons accepter en l’état, précise Alain Gerbel, président de la Fnof à acuite.fr. Limiter la question du RAC 0 à la seule question de la révision de la nomenclature LPP se retournerait contre les consommateurs et les opticiens. Nous en appelons donc à la ministre ».

Au Rof de souligner : « Nous n’avons eu aucun retour sur les propositions envoyées fin janvier. On nous a pourtant demandé notre contribution, s’étonne son président, André Balbi. Nous voulons bien être constructifs et dans le dialogue à condition que les choses se fassent dans le bon ordre, en définissant les contours de la réforme avant de parler des outils à appliquer. Enfin, la prochaine réunion est fixée au 22 mars. Les délais laissés par la DSS pour parler de l’avenir de notre profession ne sont pas acceptables alors que le planning initial n’était pas autant serré ».

« Il est nécessaire pour nous de connaître les enjeux macro-économiques de cette réforme avant de se prononcer sur les aspects techniques, ajoute Alexandre Montague pour le Gifo, auprès d’acuite.fr. De plus, les quelques éléments concrets présentés pour une future nomenclature des codes LPP ne sont pas en ligne avec la volonté du Gouvernement d’assurer un panier de soins minimum de qualité. Il y a même des risques pour que celle-ci s’en retrouve dégradée ».

Ensemble, les syndicats demandent à rencontrer la ministre de la Santé « afin d’appréhender clairement les tenants et aboutissants de cette réforme ainsi que les enjeux globaux pour la filière : en termes d’organisation, formation, qualité des soins, mais aussi d’évaluation de ses impacts sanitaires, sociaux et économiques ». Pour eux, « la réforme du RAC 0 doit être co-construite dans un esprit de transparence, en association avec les opticiens-lunetiers et les fabricants. Les organisations professionnelles demandent à ce que les propositions adressées à la DSS fassent l’objet d’un débat constructif et contradictoire ».

 

Réagissez !
7 commentaires
Identifiez-vous pour poster des commentaires

Olivier Touret
La volonté de la sécu de faire passer les remboursements lunettes à une seule fois tous les trois ans a été signalé par la FNOF dans son communiqué de presse de lundi. Pourquoi Acuité censure ce communiqué???
La Rédaction
Bonjour,
Evidemment Acuité ne censure en rien le communiqué de presse de la Fnof. Lors de la réunion du 9 mars, selon les responsables syndicaux présents et que nous avons tous interrogés, certains points ont été envisagés par la Direction de la Sécurité sociale. Deux autres réunions sont prévues d'ici fin mars. Les négociations sont en cours. Si la mobilisation des opticiens et de la filière est essentielle, il est important également, nous a précisé au téléphone Alain Gerbel lundi dernier juste après l'envoi de son communiqué, "de ne pas jeter de l'huile sur le feu" et de ne pas donner d'informations "provisoires", qui n'ont été données que par oral.
Comme l'a écrit un de vos confrères ci-dessous : « Pour l'instant rien n'est encore joué, de nombreux points restent en suspens ». En parler ce serait cautionner.
Le but de la Fnof et de l'ensemble des syndicats de la filière étant de retourner aux réunions programmées et de comprendre le changement de règles du jeu. Et avant de négocier quoi que ce soit de parler des propositions faites par les différents syndicats d'opticiens et fabricants.
Le but d'acuité étant toujours de vous donner la meilleure information, la plus vérifiée et commentée par les acteurs impliqués.
Jérôme Tondeur
Ne sommes nous pas en train de payer notre historique ? Voir notre actualité quand on parle de Zéro RAC au regard de certains spots télé ?
Pour l'instant rien n'est encore joué, de nombreux points restent en suspend. Si la profession, pour une fois, arrive à se souder derrière une vision claire de son avenir et avance unie pour faire front les lignes peuvent bouger...
Nous n'échapperons pas néanmoins j'en suis persuadé à une réforme profonde du mode de fonctionnement du marché français ce qui ne se fera pas sans casse !
Maxence Guillemot
On paye pour sur ce que les "anciens" ont fait aux mutuelles avec petits arrangements, abus et autres optimisations, de ces quelques opticiens les mutuelles en ont fait une généralité que tout le monde paye aujourd'hui. L'avidité a fait que ces mêmes opticiens en sont a prendre les réseaux pour essayer de récupérer le chiffre d'il y a des années. C'est fini tout ça, si chacun fait sont job correctement et ne rentre pas dans le jeu des réseaux j'ai l'espoir que l'on s'en sorte...
Kat Pley
Situation complexe que la profession va payer durement. Le reste à charge zéro ne peut se faire qu'au détriment du professionnel de santé bien affaibli par les attaques médiatiques récurrentes depuis des années, et bien peu défendu, il est effectivement temps que syndicats et opticiens prennent conscience de la nécessité de se regrouper et de ne pas tomber dans le piège marketing du" Reste à charge Zéro"
Les dernières annonces...
Pratique
Elles Proposent
Identification