Profession

Le malaise s'affirme autour du Développement Professionnel Continu (DPC)

Average: 3 (1 vote)

Alors que l’obligation de formation annuelle des professionnels de santé fait l’objet d’une discussion au ministère de la Santé, nous avons voulu faire le point sur ce dossier. La complexité du dispositif, la méconnaissance de l’obligation et un certain malaise ressortent des échanges.

496 organismes et 2 859 programmes de formation en optique

Depuis 2012, les professionnels de santé ont l’obligation de suivre une formation annuelle dans le cadre du programme de Développement Professionnel Continu (DPC), incluant une phase d’analyse des pratiques professionnelles et une phase d’approfondissement des connaissances et des compétences. Concernés par cette obligation, vous avez accès à 496 organismes de Développement Professionnel Continu (ODPC), recensés par l’Organisme Gestionnaire du Développement Professionnel Continu (OGDPC). Et sur ces 496 organismes habilités, seuls 150 ont été évalués favorablement par la Commission Scientifique du Haut Conseil des Professions Paramédicales, les autres étant en attente d’évaluation.

En tout, 2 859 programmes sont enregistrés dont 635 débutant en 2013, 1 251 en 2014 et 973 cette année. « Les programmes ont pour objectifs de contribuer à l'amélioration de la relation entre les professionnels de santé et les patients, et de participer à la formation professionnelle continue », explique l’OGDPC.

Un système jugé complexe à revoir

Commen nous venons de le voir, le système DPC est plutôt complexe. Il peut faire peur et rebuter les professionnels. C’est notre sentiment après avoir tenté d’interroger plusieurs acteurs. Les enseignes, que nous avons contactées, n’ont pas souhaité répondre à nos questions sur la façon dont elles accompagnent ou non les opticiens dans leur obligation de formation. Du côté des indépendants, qui nous ont répondu sous couvert d’anonymat, le DPC suscite deux types de réactions. Certains ignorent tout du programme et ne paraissent pas s’inquiéter de ne pas être en règle. D’autres ont connaissance du dispositif, mais ne remplissent pas pour autant leur obligation. « Nous n’avons pas le temps. Nous sommes concentrés sur le fonctionnement de nos magasins. Suivre annuellement une formation DPC, c’est compliqué. Ça pose un vrai problème d’organisation », argumentent-ils.

Si beaucoup de professionnels semblent s’affranchir de cette obligation, il est difficile d’avoir une vision chiffrée de la situation. « Le document de synthèse portant sur les données 2013-2014 n’a pas encore été publié cette année. Nous ne sommes pas en mesure de vous répondre », avance le Forco. Pour le SynOpe (Syndicat des opticiens entrepreneurs), Alexandra Duvauchelle n'a également pas souhaité s’exprimer au motif que le dossier est en cours de discussion au ministère.

En tout cas, une refonte du DPC paraît bienvenue car le système actuel ne semble pas fonctionner, au moins pour l'optique !

Écrit par la Rédaction
Average: 3 (1 vote)
Réagissez !
Identifiez-vous pour poster des commentaires
Les dernières annonces...
Pratique
Sondage

Les consommateurs souhaitent de plus en plus disposer de leur achat immédiatement. Raccourcir les délais de livraison des verres serait-il un atout significatif dans votre relation client ?

Total des votes : 441

Identification