Ocam

Plafonds de remboursement optique : les Ocam divisés

Si les mutuelles demandent des plafonds plus restrictifs, les assureurs alertent sur l'augmentation du reste à charge pour le porteur.

Plafonds de remboursement optique : les Ocam divisés
Aucun vote pour le moment

Nous vous annoncions hier, jeudi 20 mars, les premières indications concernant les montants des plafonds de remboursement en optique actuellement en attente (lire notre news). Si dans notre secteur les syndicats d'opticiens et de fabricants ont réagi à l'unisson (lire nos news du 13/03/2014 et du 20/03/2014), du côté des Ocam, les avis sont mitigés. 

Les mutuelles demandent des plafonds plus bas quand... 

Pour Jean-Martin Cohen-Solal, délégué général de la Mutualité Française, ces plafonds resteraient encore « trop élevés ». Ils « devraient être au maximum de 300 à 350 euros pour des verres complexes », a-t-il confié à nos confrères des Echos. « Quand une mutuelle rembourse une paire de lunettes, elle paye les magasins en même temps que les lunettes. Il faut arrêter cette inflation stupide », a déclaré de son côté Etienne Caniard, président de la Mutualité, au 20 Heures de France 2. Il a également estimé au micro de RTL qu'« au cours des 5 dernières années, 30% de la hausse des cotisations des mutuelles sont dus à l'optique ». 

... les assureurs alertent sur le reste à charge 

A contrario pour Marianne Binst, directrice générale de Santéclair, les plafonds sont beaucoup trop bas : « Cent euros pour des montures, c'est très en dessous de la moyenne du prix de vente, qui est de 134 euros, souligne-t-elle dans les Echos. Il n'y aura pas de miracle, c'est le patient qui devra payer plus de sa poche ». « C'est une mesure technocratique qui aura l'effet inverse de celui voulu, car le rythme de baisse est trop brutal pour que tous les opticiens s'adaptent », estime un assureur membre du réseau dans Le Monde. 

« Quant à la dégressivité, c'est une usine à gaz qui serait complexe à mettre en oeuvre et illisible pour le consommateur », accorde Jean-Martin Cohen-Solal. Déjà certains pointent des difficultés de mise en oeuvre : « Il ne sera pas possible de mener la transformation de tous les contrats en portefeuille au 1er janvier 2015 », estime auprès de l'Argus de l'assurance Sylvain Merlus, directeur collectives de GroupamaGan Vie et de Gan Eurocourtage. 

Toujours un seul objectif : faire baisser les prix 

Rappelons que le décret, qui devrait être publié d'ici fin avril, prévoit une dégressivité des remboursements pour obtenir un plafond de 350 euros pour des « verres simples » en 2015, qui baisserait jusqu'à 200 euros en 2018. Pour les « verres complexes », la prise en charge maximum passerait de 600 euros l'an prochain à 400 euros dans quatre ans. Enfin, le remboursement des montures serait limité à 100 euros pour une paire de lunettes tous les deux ans, sauf chez les enfants ou en cas d'évolution de la vue (notion qui reste à définir). Avec cette mesure, votée dans le cadre du PLFSS 2014 et qui s'appliquera pour les contrats solidaires et responsables, le Gouvernement compte ainsi faire pression sur les prix des lunettes. Toutefois, à ce stade « rien n'est encore décidé », insiste le ministère de la Santé.

 

Réagissez !
Identifiez-vous pour poster des commentaires
Les dernières annonces...
  • agencement
    6 000 €
    -
    (50) Manche

    mobilier de magasin d'architecte, très...
Pratique
Elles Proposent
Sondage

Pour vous, combien de magasins répondront aux prochains appels d’offres ?

Total des votes : 621

Identification