Ocam

La Macif inaugure une complémentaire santé 'à la carte' qui dissocie l'optique des autres garanties

Aucun vote pour le moment

Pour éviter le risque de « démutualisation » engendré par la hausse constante des cotisations, un nombre croissant de complémentaires santé développe des contrats individuels modulables, où l'adhérent « choisit » les packages de garanties les mieux adaptés à son profil santé. La nouvelle offre lancée par la Macif pousse très loin cette stratégie de « sur-mesure ».

Baptisée Garantie Santé, elle présente quatre formules à compléter par quatre « modules d'équipements » au choix pour la prise en charge de l'optique, des prothèses dentaires, des aides auditives et des cures thermales. Son originalité : l'adhérent peut souscrire une garantie basique qui ne rembourse pas les lunettes. Cette offre est évolutive : l'adhérent peut, à tout moment, changer son niveau de garantie, à la hausse comme à la baisse, selon l'évolution de sa situation. S'il est émétrope, il pourra par exemple opter pour une formule ne prenant pas en charge l'optique puis, devenu presbyte, la compléter par un module d'équipements incluant les lunettes.

Vers un désengagement progressif des Ocam sur l'optique ?

Le lancement de cette offre soulève plusieurs questions. Premièrement, en proposant à ses adhérents d'ajuster le tarif de leur cotisation sur leurs seuls besoins, elle pourrait remettre en cause le principe même de mutualisation, selon lequel « tout le monde paye pour tout le monde », que l'on soit confronté ou non à des dépenses de santé. Deuxièmement, ce type de contrat découplant les remboursements des équipements des autres garanties (consultations, hospitalisation, pharmacie...) pourrait préfigurer d'un désengagement progressif des complémentaires santé sur les dépenses d'optique.

C'est en tout cas le pronostic de certains spécialistes, comme Anne Marion, actuaire (cabinet Actuarielles). En octobre dernier, sur notre plateau TV Acuité Silmo, cette experte de l'analyse des risques déclarait : « l'optique représente 25 à 30% du montant des cotisations (qui s'élève, tous contrats confondus, en moyenne à 40 euros par mois, selon la Drees, ndlr). A terme, pour conserver des adhérents solvables, les Ocam devront opérer des arbitrages pour baisser leurs tarifs et se concentreront sur la prise en charge du dentaire. De plus, des lunettes achetées coûtent moins cher que des lunettes assurées : les adhérents comprendront qu'en économisant 25 à 30% de leur cotisation santé, la somme épargnée, notamment sur les contrats chers qui remboursent bien l'optique, couvrira largement l'achat d'un équipement tous les deux ou trois ans ».

Pour voir ou revoir son débat face à Yves Guénin, secrétaire général d'Optic 2000, « les Ocam peuvent-ils sortir de l'optique ? », cliquez ici.

Écrit par la Rédaction
Aucun vote pour le moment
Réagissez !
Identifiez-vous pour poster des commentaires
Les dernières annonces...
Pratique
Elles Proposent
Identification