Ocam

La Mutualité Française critique le « caractère inflationniste » des nouveaux contrats responsables

La Mutualité Française critique le « caractère inflationniste » des nouveaux contrats responsables
Aucun vote pour le moment

La Mutualité Française affiche son désaccord avec le Gouvernement et estime que les mesures prises dans le cadre du nouveau décret sur les contrats responsables auront un effet inflationniste. Considérant les obligations de prises en charge encore trop « élevées », son président, Etienne Caniard, estime que cela va renchérir le prix des contrats de 1% en moyenne, et se traduire par l’éviction d’un certain nombre de Français.

Interrogé ce jour sur l’encadrement des remboursements d’optique médicale par nos confrères des Echos, il explique qu’ « un plafond ne sert jamais à baisser les prix, mais au mieux à les empêcher de monter. Ces tarifs seront perçus comme un prix indicatif, avec un effet d’aspiration vers le haut ». Selon lui, « il aurait fallu s’en remettre à la contractualisation ».

« Je déplore une fois de plus que l’accès aux soins ait reculé, avec 500 000 personnes non-couvertes de plus entre 2010 et 2012, continue-t-il. Certains assurés risquent de ne plus pouvoir payer un contrat responsable, et de se rabattre sur une garantie minimale. Pour eux ce sera la double peine, car leur contrat ne sera pas responsable donc surtaxé, et qu’en plus ils seront peu couverts ».

Réagissez !
2 commentaires
Identifiez-vous pour poster des commentaires

Abla Ablu
Concrètement, il veut des 1,5 blancs sur des cerclés chinoises et des contrats à 100€ par mois par tête.
Philippe Levasseur
La mauvaise foi de Monsieur Caniard n'est plus un secret pour personne, alors que suite aux exigences des organismes complémentaires, ce qui faisait éventuellement l’intérêt des premières moutures de ce texte, à savoir des minima à la fois respectueux des qualités de fournitures dans un cadre simple et de la possibilité aux professionnels d'y répondre, les valeurs finales sont ridicules. Les maxima par contre sont raisonnables, bien souvent supérieurs aux contrats existant. Pour ce qui est de contrats plus élevés, clairement vendus aux entreprise sous forme d'avantage financier offert à leurs employés, il est évident que des sur-complémentaires viendront combler ces cas, la publicité commence à en être diffusée abondamment (France Inter depuis Hier).

Dans les limites définies par ce décret, les OCAMs gardent toute liberté de fixer les plafonds qui leur conviennent, si les caisses dépendant de Monsieur Caniard considèrent ces plafonds comme trop élevés, libre à elles , comme c'est déjà souvent le cas, de rester sur des valeurs moins élevées, voir ridicules.

L'hypocrisie de ce discours, son refus de respecter quelque partenaire que ce soit est malheureusement ce que nous subissons depuis plus de trois ans suite à la lamentable loi Le Roux.
Les dernières annonces...
Pratique
Sondage

Participerez-vous à la « journée morte » du 2 décembre ?

Total des votes : 385

Identification