Profession

« RAC 0 » en optique : « vers des équipements low cost et un accès aux soins plus complexe », s'inquiète le Gifo

Aucun vote pour le moment

Alors qu'acuite.fr a interrogé les syndicats de notre secteur suite à la 2e étape de la concertation autour du « RAC 0 » en optique, le 27 mars dernier, le Gifo (Groupement des Industriels et Fabricants de l’Optique) s’inquiète des risques sanitaires induits par la réforme. Dans un communiqué de presse, l'organisation professionnelle estime qu'elle se dessine autour « de produits de moindre qualité et d’origine moins facilement traçable, d'une catégorisation arbitraire en équipements uniformes malgré des besoins pluriels, de délais de renouvellement plus longs qui ne prennent pas en compte l’évolution de la vue ; le tout sans gain de pouvoir d’achat pour le consommateur ».

« Le Gifo s’alarme devant les mesures envisagées qui s’annoncent contre-productives : 

  • La création d’un panier de soins composé de verres et de montures de lunettes, dont les prix de vente seront limités, va mécaniquement appeler la vente de produits de moindre qualité, approvisionnés depuis des fabricants low cost, dont le respect des normes sanitaires et des performances techniques ne pourra pas être systématiquement contrôlé.
  • Le projet de repousser de 2 à 3 ans le droit au renouvellement des lunettes, sans baisse des cotisations, est en totale contradiction avec la réalité d’un équipement porté au quotidien tout au long de la journée par un patient qui peut l’user, l’abimer ou le casser et dont le trouble visuel peut évoluer très rapidement dans ce laps de temps (évolution de la correction, apparition d’un nouveau défaut visuel).
  • La standardisation des produits, à travers la mise en place d’une « nomenclature », exclut la prise en charge des matériaux aujourd’hui communément utilisés -  notamment pour la sécurité des enfants -  et privilégie l’uniformisation au détriment de la multiplicité des besoins de chacun, quitte à imposer au patient des verres plus coûteux et offrant un confort visuel moindre car inadaptés à ses besoins spécifiques.
  • L’obligation de se rendre chez l’ophtalmologiste pour faire objectiver la dégradation de sa vue et ainsi pouvoir acquérir un nouvel équipement adapté va alimenter davantage l’engorgement des cabinets d’ophtalmologie. Les opticiens s’étaient pourtant vu reconnaître le droit, sous certaines conditions, d’adapter la prescription par une mention expresse sur l'ordonnance, afin de permettre aux ophtalmologistes de libérer du temps médical consacré aux pathologies plus graves.
  • La baisse annoncée des plafonds de remboursements, dont bénéficient les assurés, aura là encore pour conséquence directe la vente de produits à bas prix et de moindre qualité pour un même montant de cotisations.

Notre système de soins (dispositifs CMU-C et ACS) et le marché lui-même (distribution, organismes complémentaires, réseaux de soins) offrent aux Français la possibilité d’acquérir des lunettes sans reste à charge. La France est le pays d’Europe où le reste à charge des patients qui acquièrent une paire de lunettes est le plus faible. Le Gifo déplore que les objectifs initiaux de la réforme se perdent dans des logiques de transferts financiers au détriment de la santé visuelle, pendant que la concertation laisse de côté les sujets clés de l’accès aux soins optiques que sont la prévention, le dépistage précoce, l’accès à l’ophtalmologiste, l’information des assurés et bénéficiaires sociaux sur leurs droits ou encore la lutte contre les produits non conformes », insiste le syndicat.

Et de conclure : « Les fabricants appellent à sortir des logiques purement comptables et normatives et à remettre au cœur de la concertation les attentes de près 70% de Français qui ont besoin de lunettes pour bien voir ».

Écrit par la Rédaction
Aucun vote pour le moment
Réagissez !
1 commentaire
Identifiez-vous pour poster des commentaires

Vincent Merlo
je suis d'accord avec le gifo il se réveille ,enfin, depuis le temps que nous opticiens ont leur demande de nous soutenir.
Mais il y a quand même un gros problème ,qui va payer cette paperasse de certification une secrétaire en plus etc.. C'est encore nous opticien,comme si on avais pas suffisamment a faire avec les mut ,ces frais sont principalement a la charge des opticiens, a force de charger la mule avec quoi va t'on vous payer vous le gifo?
Vous vous en souciez de nous opticiens,vos clients????
Les dernières annonces...
  • mobilier
    1 000 €
    -
    (38) Isère

    table de manipulation plan de travail...
  • meuble de caisse d'accueil
    500 €
    -
    (38) Isère

    meuble de caisse comprenant * 2 caissons...
  • table de vente
    0 €
    -
    (38) Isère

    table de vente comprenant: un caisson de...
Pratique
Elles Proposent
Identification