Web&Tech

Sur France 5, le Magazine de la Santé incite à l'achat de lunettes sur Internet : vos réactions

Aucun vote pour le moment

Mardi 25 mai, France 5 consacrait une partie de son "Magazine de la Santé" aux frais d'optique. Evoquée dans notre forum de discussion par les Acuinautes, la chronique de Christian Saout a dépeint des factures comprises "entre 500 et 1000 euros" pour une paire de lunettes, dont les "matières premières ne coûtent que quelques dizaines d'euros", et un "taux de marge très élevé par rapport aux boutiques de vêtements". Le président du CISS (Collectif inter-associatif sur la santé) a par ailleurs assuré que les mutuelles et assurances font aujourd'hui elles-mêmes les prix : "avant toute chose, un opticien vous demande quelle est votre complémentaires santé pour fabriquer son prix" déclare-t-il. Il a ainsi incité les porteurs à acheter leurs lunettes sur les sites Internet qui présentent un minimum de garanties et de services, comme l'envoi à domicile des montures pour essayage et l'engagement "satisfait ou remboursé".

 

Ignorance des particularités du métier

Vous avez été nombreux à réagir à cette émission dans notre forum de discussion. Renaud 34 se dit "choqué par les propos du chroniqueur qui ne connaît visiblement pas les fonds et les formes de notre profession". "Les gens ont oublié que nous sommes des techniciens, et non pas des simples commerçants" ajoute-t-il, en appréciant néanmoins, comme Nonobo, la conclusion de Michel Cymes, animateur du Journal de la Santé. Le journaliste a en effet précisé que "le conseil d'un opticien en magasin restait malgré tout irremplaçable" et qu'il fallait "faire jouer la concurrence en cas de problème sur le prix". Olivier 76 dénonce "un coup dur de plus pour notre profession" et regrette que le diplôme "ne servira bientôt plus qu'à prendre les mesures pour que les clients fassent leurs lunettes sur Internet". Urbain, qui a lancé la discussion, se dit par ailleurs "gêné par l'amalgame" avec un magasin de vêtements et "s'étonne du passage sous silence du mode de fonctionnement d'un magasin et donc des charges spécifiques à chaque activité.

 

Mettre en valeur la valeur ajoutée de l'opticien

L'incitation à acheter ses lunettes sur Internet marquera, pour certains, la fin des services gratuits. "Que les gens aillent sur Internet ! Ils paieront chaque ajustage en magasin ! (...) Tout sera payant !" avertit Airness92500. Nick met de son côté en garde ses confrères contre "certaines pratiques qui pèsent sur les prix de vente (2ème paire...) et qui s'arrêteront un jour pour laisser la place à une pratique tarifaire plus juste". "De plus, comment justifier un prix de verres à 250 / 300 euros quand la majorité continue à prendre les mesures au feutre, bien souvent à main levée en assurant au client une extrême précision ?" questionne-t-il. Mais pour d'autres, cet argument ne tient pas, car "ce n'est pas parce qu'une belle machine nous donne une hauteur à 0,1mm près que le client sera bien adapté à ses progressifs. La valeur ajoutée de l'opticien est justement dans un choix intelligent de la monture en fonction de la morphologie d'un client. Il ne faut pas confondre efficacité et tape à l'oeil technologique" répond Optilion.

Pour rejoindre la discussion : cliquez ici.

Réagissez !
Identifiez-vous pour poster des commentaires
Les dernières annonces...
Pratique
Elles Proposent
Identification